mercredi 3 mai 2017

LE FN SURFE SUR LA COLERE DES GENS ...

Cas d'un couple mixte : lui tunisien et elle française.

Ce couple a vécu en Tunisie heureux durant une quinzaine d'années et semblait bien intégré. La française appréciait le pays et ses habitants pour leur gentillesse et leur hospitalité.

Arrive la révolution de 2011, dite "du jasmin", et avec elle les Frères musulmans.

Du jour au lendemain, l'atmosphère a changé, le paysage s'obscurcit par des tenues sombres et enveloppantes, inédites en Tunisie jusqu'alors !

Les relations de voisinage du couple commençaient à se dégrader : changement de comportement des voisins et des parents proches, vis à vis du couple.

La bigoterie se développe dans les quartiers et dans les villes; et les mosquées poussent comme des champignons.
Le calme du quartier est régulièrement rompu par des appels à la prières, diffusés par des hautparleurs aux décibels poussés à leur maximum ; et ce, dès l'aube !
Dans leur quartier, ils ont vu du jour au lendemain s'installer trois mosquées avec chacune son minaret, lui-même affublé de quatre hautparleurs.

Le couple qui a vécu en parfaite intelligence avec son voisinage, s'est vu montré du doigt. Des remarques désobligeantes fusaient çà et là. Certains poussant leurs réflexions désagréables jusqu'à conseiller au mari de divorcer de la "roumia" car elle ne s'est toujours pas convertie à l'islam.

La femme subissait de plus en plus des quolibets de la part même de la parentèle proche du mari et de leurs amis, dont bons nombres de femmes se sont crues obligées de se déguiser sous la pression sociale des nouveaux convertis au wahhabismes en portant foulard, voile et burqa.

Lors de leur sortie en ville, pour se faire "un bon restaurant", le couple était souvent regardé bizarrement par certains serveurs, qui refusent jusqu'à leur servir du vin.

Le mari se voulant rassurant, expliquait à sa femme que le wahhabisme introduit par les Frères musulmans, finira tôt ou tard par être rejeté par les tunisiens car il ne correspond pas à leur identité façonnée par le malékisme et le soufisme ancestraux.

Mais en attendant et ne croyant pas trop son mari, elle a pris peur de ce changement où une agressivité indicible flotte dans l'air partout où elle va; et des regards inquisiteurs la transpercent.
Sa peur a doublé quand le terrorisme se développait en Tunisie et ce pays connu pour son pacifisme, est devenu premier exportateur de terroristes dans le monde, depuis que les Frères musulmans dominent le pouvoir !

Elle a fini par convaincre son mari de rentrer en France !

Une surprise désagréable l'attendait en France : la banlieue où le couple s'est installé, est investie de barbus et de femmes fantômes ! C'en était trop !

En colère, elle a décidé de lutter contre le wahhabisme, ce mal du siècle qui ronge toutes les sociétés et qui ne connaît pas de frontière.

C'est pourquoi, profitant des élections présidentielles, elle a décidé de choisir le candidat qui propose dans son programme, de lutter contre le wahhabisme.
A son grand étonnement, parmi les candidats, rare sont ceux qui font le lien entre le terrorisme et le wahhabisme.

Son choix s'est porté sur François Fillon, le seul à avoir nommé les choses par leur nom : le wahhabisme, les Frères musulmans, le Qatar et les Ibn Saoud, responsables du terrorisme en France ! Malheureusement il a été éliminé dés le premier tour.

Alors elle hésite pour le second tour, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Sur le plan sécuritaire avec lutte contre les islamistes, elle serait tentée par le FN, mais par ailleurs elle est consciente que le reste de son programme est néfaste pour le pays. Elle regrette que Macron ne donne pas plus de précision sur cette question et ne nomme pas clairement les chose, comme s'il ignorait le lien entre le terrorisme et le wahhabisme qui le fonde !

Espérons que sa colére ne sera pas mauvaise conseillére et qu'elle ne tombera pas dans le piége du FN, qui surfe sur les peurs des gens.

Rachid Barnat

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire