lundi 3 décembre 2012

HISTOIRE D'UNE CONSTITUANTE

Article paru dans : 
Kapitalis
Saudiwave

Lors de son interview sur Nessma TV le 2/12/12, Béji Caïd Essebsi a fait un petit rappel ...qu'il est intéressant de rappeler.

Lors de la manifestation "Kasbah 2", les "manifestants" ont scandé : " nous voulons une nouvelle constitution ".
Manifestants, soit dit en passant, manipulés et infiltrés par Ennahdha !

BCE n'en voyant pas l'utilité, était contre : il suffisait selon lui de faire un lifting à celle de 1959, pour la débarrasser des articles commandés "sur mesure", puisqu'elle était bien faite et peut encore servir.
Mais en démocrate, il s'est plié à la volonté du "peuple"....

Il a convoqué 48 partis (les plus importants) pour organiser la suite à donner à cette demande du "peuple".
L'accord obtenu était :
- organiser une élection en vue d'une constituante qui se chargera dans un délai de un an maximum de rédiger une nouvelle constitution.
- maintien du gouvernement provisoire de BCE;
- maintien de Fouad M'Bazza au poste de président provisoire.
Assurant ainsi la transition jusqu'aux élections législatives et présidentielles dont les dates seraient communiquées par l'ANC !

Quelques partis dont Ennahdha ont refusé cet accord.

BCE a demandé à Yadh Ben Achour de s'en occuper et de voir comment organiser l'élection d'une constituante, le code électoral et les élections ....

YBA a pu, après des palabres interminables, obtenir à l'arraché l'engagement de 11 partis, dont celui d'Ennahdha qui a finalement imposé ses conditions :

- élection d'une constituante,
- dont le mandat est de un an, mais qui
- formera un gouvernement à partir de ses membres, et
- désignera un président de la république sorti de ses rangs !
- et pour assurer des élections « non trafiquées » et rassurer Ghannouchi, l’ISIE fut crée, première en son genre !

En somme c'était ce que voulait Ghannouchi depuis le début.
Assuré par les pétro dollars de l'émir de gagner les élections, Ghannouchi a préparer ainsi le terrain pour installer ses hommes dans le paysage politique en lieu et place de BCE et de Fouad M'Bazza...

Et voilà comment un homme intègre et intellectuellement honnête mais pas "politique", va faire confiance à vieux loup en politique : Ghannouchi ... et se faire avoir … et les tunisiens avec !

Le 23 octobre 2011, malgré une campagne électorale scandaleuse, Ennahdha est arrivée en tête mais n'a pu obtenir la majorité !

La suite on l’a découverte au jour le jour : Une fois au pouvoir, Ghannouchi a mis de coté ses 360 résolutions sur lesquelles il a fait campagne, pour instiller puis tenter d'imposer son programme de toujours : la chariâa, lui qui rassurait les tunisiens de maintenir le statut civil de la Tunisie !

BCE et YBA, ont pensé avoir traité avec un honnête homme ! Ils lui ont fait confiance, d’autant qu’il leur a donné sa parole et signé un engagement en ce sens que la constituante respectera le délai de un an ! Mais Ghannouchi les a eu au bluff !

Le 23 octobre 2012, Ghannouchi et ses hommes ont réussi un autre coup de bluff pour se maintenir au pouvoir en jouant d’une légitimité qu’ils n’ont plus, pour jouer les prolongations !
L’opposition, sous la houlette de l’UGTT, a bien voulu proroger le mandat des constituants et donc de la troïka, en y mettant toutes fois des conditions :
- Dissolution des comités de protection de la révolution,
- Remplacement, à la tête des ministères régaliens (Intérieur, Justice et Affaires Étrangères), des actuels ministres par des hommes « neutres », voir par des technocrates,
- Mise en route de l’organisme qui doit remplacer l’ISIE,
- Un agenda pour la remise du texte définitif de la Constitution et des dates pour les élections …

Mais une fois de plus l'opposition et l’UGTT se sont faits avoir, puisque forts de la reconduction de leur « légitimité », Ghannouchi et ses hommes ne respecteront aucune de leurs conditions.
Narguant même l’opposition et l’UGTT de la légitimité des comités de protection de la révolution, qu’ils détiendraient du peuple et de l’inamovibilité des ministres puisqu’ils sont au service d’un gouvernement légitime ! ….
Quant à l’ISIE, ils ne semblent pas en faire une priorité … le temps pour eux de trouver le moyen d’organiser des élections « truquées » … voir même de les annuler purement et simplement !
BCE rappelle qu’Ennahdha joue du concept « légitimité », puisque le gouvernement que forme la troïka tient sa légitimité uniquement des constituants, lesquels ont perdu la leur le 23 octobre 2012 !
En somme, ils se moquent de tout le monde et des tunisiens compris !

Et voilà comment aura manœuvré Ghannouchi pour tout faire pour arriver au pouvoir ; et maintenant de tout faire pour y rester en dupant des hommes qui lui ont fait confiance !

C'est pourquoi BCE semblait déterminé à ne plus se laisser abuser par une bande de voyous qui ne respectent rien !
L'opposition et toutes les forces vives de la Tunisie, dont l'UGTT et toutes la société civile, feront-elle bloc avec BCE ... pour une sortie politique de la crise exacerbée par les évènements de Siliana et l’assassinat de Tataouine ?

Pourtant il le faut, car les tunisien n'en peuvent plus de leur attentisme  ... et risquent de rentrer dans une nouvelle révolte pour "dégager" ceux qui, à l'évidence, veulent s'imposer par la force et instaurer un nouvelle dictature en Tunisie.

Rachid Barnat


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire