vendredi 7 décembre 2012

COMMENT GHANNOUCHI EXPLOITE-T-IL LES SYMBOLES DE LA TUNISIE

Noureddine Hached, fils du syndicaliste Farhat Hached : 
" Ghannouchi dit qu’il regrette les évènements survenus mardi dernier à la Place Mohamed Ali ".
" Un bouquet de fleur à la main, Ghannouchi nous a rendu visite pour expliquer les raisons de son absence à la commémoration du 60ème anniversaire de l’assassinat de Farhat Hached ".
" Ghannouchi a exprimé sa reconnaissance au rôle incontournable de l’UGTT ". 

Qui peut croire une seule seconde en la sincérité d'un terroriste qui sciemment a envoyé sa milice intimider et soumettre la seule force qui peut encore lui résister en Tunisie : l'UGTT ? 

En s'attaquant à l'UGTT le jour anniversaire de l'assassinat de son père fondateur Farhat Hached, Ghannouchi s'attaquait à deux grands symboles en Tunisie : Farhat Hached et son enfant l'UGTT !

Devant l'échec de sa machiavélique entreprise, et le tollé général que ce sacrilège a provoqué chez les tunisiens, Ghannouchi fait machine arrière et essaie de faire croire qu'il a du respect pour Farhat Hached ... et s'excuse de n'avoir pu honorer sa mémoire....
Alors que son absence est préméditée, puisqu'il a envoyé ses " enfants " des comités de "gardiens de la révolution" chahuter la cérémonie à l'intérieur même du mausolée de Farhat Hached.

Après avoir lâché ses pitbulls pour casser du syndicaliste et saccager le siège de l'UGTT le 4 décembre, veille de commémoration de l’assassinat du père du syndicalisme en Tunisie, il ose déclarer aux médias qu'il condamne les violences perpétrées contre cette organisation, dont il dit le grand bien qu'il "pense", et qu'il "reconnaît" qu'elle est un des piliers de la République ! 

Tant d'hypocrisie et tant d'arrogance pour retourner la situation, sont écœurantes !
Mais ses discours ne dupent plus grand monde !

Rappelons-nous : Ghannouchi a l'art de manipuler les symboles pour les défaire ou s'en saisir pour les exploiter !
L'acte désespéré de Mohamed Bouazizi suicidé en s'immolant par le feu, a été déclaré sacrilège par le mufti de la Tunisie. Car le suicide en Islam, est "un des grands péchés" ("akbar el mouharramet") ! Comme tel, aucune cérémonie religieuse ne pouvait lui être consacrée ! 
D'autant que le mufti interdit qu'il soit traité en martyr, ce qui serait une hérésie. Ce que confirme dans un premier temps Ghannouchi.

Mais les tunisiens n'en démordent pas : ils le considèrent martyr de la République et symbole de la révolution tunisienne.

Comment faire alors pour récupérer ce symbole ? Qu'à cela ne tienne, dare dare Youssef Karadawi, le grand imam cathodique prédicateur d'Aljazeera va pondre la "fatouwa" nécessaire pour aider Ghannouchi le poulin sur lequel mise l'émir du Qatar, à chevaucher la révolution tunisienne et la récupérer. 
Ainsi Karadawi va déclarer Mohamed Bouazizi martyr de la révolution ! 
Et sans perdre de temps, Ghannouchi est invité à se rendre à Sidi Bouzid pour y rendre hommage au martyr et de se faire prendre en photo avec sa famille !
Rien ne résiste à l'émir ! Ses désirs sont des ordres !

Et le jour de passation du pourvoir par Fouad M'Bazza et Béji Caïd Essebsi aux nouveaux élus de l'ANC, Ghannouchi arrivait à la cérémonie solennelle d'investiture au bras de la mère de Mohammad Bouazizi ... auquel il avait refusé dans un premier temps le titre de "chahid" (martyr) lui interdisant toute cérémonie funéraire parceque suicidé; pour finir par l'accepter ! 
Il fallait y penser et oser le faire ... quand on sait la valeur des symboles et leur médiatisation !

Or l'UGTT constitue un réel danger pour les projets de l'émir.
Par nature, les monarques et les dictateurs n'aiment pas les syndicalistes !

Mal leur a pris, aussi bien à l'émir qu'à son valet Ghannouchi : l'UGTT est une institution historique à laquelle tous les tunisiens sont attachés. 
D'autant qu'elle est unique dans le monde dit "arabo musulman" !!
Elle a toujours servi de rempart pour les tunisiens dans les moments difficiles.

Devant le tollé général, il n'est pas impossible que le stratège Ghannouchi et ses conseillers qataris aient procédé à un repli stratégique en attendant de trouver le moyen d'abattre la citadelle UGTT.... dernier rempart pour les tunisiens contre le colonialisme qataro-saoudien et l'invasion du wahhabisme !

Plutôt les tunisiens DÉGAGERONT Ghannouchi et son gouvernement, et mieux cela vaudra pour la Tunisie !
Espérons que l'UGTT ne se compromettra jamais avec le terroriste Ghannouchi : s'il a pu rentrer de son exil londonien, c'est grâce à l'UGTT qui a DÉGAGÉ le dictateur ZABA.

L'UGTT ne doit pas laisser s'installer un nouveau dictateur. Il ne faut pas se fier au recul stratégique de Ghannouchi : il n’aura de cesse de continuer à harceler la bastide UGTT jusqu’à l’éliminer ou la soumettre !

Il est temps que Ghannouchi DÉGAGE. 
Il a trop fait de mal à la Tunisie et aux tunisiens.

Rachid Barnat

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire