samedi 30 novembre 2013

MIMI CAZENDRES NOUS A QUITTÉS


Un accident bête comme le sont souvent les accidents de voiture : Mimi ne portait pas de ceinture de sécurité quand Jeanine éblouie par le soleil n'a pas vu la faucheuse des bas-côtés qu'elle a heurtée de plein fouet.


Une grande dame et une belle personnalité, que cette Mimi qui s'est choisie, comme elle dit, un nom qui fasse jeune; n'aimant pas son vrai nom Germaine. Et jeune d'esprit, elle l'est restée jusqu'au bout.

Au Barberousse, dans le fort espagnol d'Hammamet
juillet 2007

Passionnée de montagne, à 20 ans elle a fait une chute d'une hauteur considérable lors d'une randonnée qui s'est soldée par de nombreuses fractures dont la plus grave celle de sa jambe, avec une grande plaie ouverte. Transportée dans de mauvaises conditions du lieu de sa chute jusqu'en ville, elle est restée avec sa jambe cassée et sa plaie béante 48 h avant qu'elle ne soit opérée à Bordeaux, par un chirurgien qui hésitait entre réparation et amputation de la jambe ! 
Finalement la jambe fut conservée.
C'est depuis qu'elle a commencé à boiter.

Sont-ce ses souffrances qu'elle a appris à dominer et à maîtriser qui ont fortifié sa volonté et sa personnalité ? 
Toujours est-il qu'elle a appris à ne pas geindre ni se plaindre; et malgré ses souffrances, elle a montré un grand appétit pour la vie : elle adorait la bonne chair, elle adorait la montagne et pratiquait la randonnée et le ski, elle adorait voyager, elle adorait faire la fête, elle adorait danser ... 

Lors de son premier voyage en Tunisie où elle était notre invitée à Jinéne, j'ai pensé la ménager en prévoyant un repos à la maison après son long voyage. Elle nous a étonnés en demandant de partir de suite, à peine arrivée à l'appartement ... se jeter à l'eau : elle faisait des pirouettes dans l'eau comme une gamine ... elle qui avait déjà 80 ans !

Lors de la visite du fort espagnol d'Hammamet, j'ai proposé de lui tenir compagnie sur la plage pendant que Jaques, Jeanine et Jean Pierre visitaient le fort, pour lui éviter les marches irrégulières qui mènent au chemin de ronde. Gentiment mais fermement elle m'avait dit ; " Rachid vous irez seul à la plage, moi de veux visiter le fort !". C'était une sorte de politesse vis à vis de moi mais surtout vis à vis du groupe qu'elle ne voulait pas gêner avec son handicap. 
Une grande leçon de vie !

Bref, elle est restée (ou devenue) curieuse de la vie et de tout ... 
Ce qu'elle a conservé avec l'âge jusqu'à sa mort ... puisqu'une semaine avant son fatal accident, elle me demandait ce qu'était la soupe faubonne !!

Une école de vie à elle toute seule. Elle avait l'art de cultiver les amitiés avec spontanéité et avec beaucoup de naturel, du moins c'est l'impression qu'elle donnait.

Elle et sa sœur Jeanine furent les premières amies paloises de Jean Pierre qui venait d'arriver d'Algérie. Elles l'ont spontanément adopté; et depuis il a gardé pour elles une grande amitié et beaucoup d'affection, comme elles ont gardé pour lui une grande estime et une grande amitié. 

D'ailleurs elle ne manquait pas d'amis et les gens spontanément l'aimaient et l'appréciaient.
Elle a pu ainsi se faire des amis, de simples acquéreurs de la maison de son frère Louis à Gan. Ce sont des hollandais qui ont acheté cette maison. Depuis, Léon et Heleen sont devenus des amis proches et affectueux avec Mimi.
Il faut croire, qu'elle a le don de l'amitié ! 

Elle était cordon bleu et maîtrisait bien la cuisine traditionnelle qu'elle tenait de sa mère. Toujours élégante, sans faute de goût ... et pour cela Jacques, lui même un homme élégant, y veillait !

Elle avait une mémoire époustouflante : elle récitait des bribes de poèmes appris à l'école primaire ... et s'énervait si elle en oubliait des strophes !
Elle avait l'art de la conversation, s'intéresser aux autres sans s'appesantir ... ce qui se perd de nos jours !

Elle était restée coquette jusqu'au bout, puisqu'elle a demandé à Jacques qu'elle ne souhaitait pas "être exposée" au funérarium ! 
Volonté que Jacques a respectée en nous prévenant qu'elle refuse être vue morte.

Mon seul regret est de l'avoir connue un peu tard. 
Le souvenir que je garderai d'elle, est celui de son élégance physique et morale.

Reposez en paix chère Mimi.

Rachid Barnat

3 commentaires:

  1. EN SOUVENIR DE NOTRE CHÈRE MIMI,

    Avec l'assentiment de Jacques, ton fidèle compagnon depuis 60 ans, et de Jeanine, ta soeur et alter ego depuis toujours, nous voulons te rendre cet hommage qui n'est pas le dernier mais un de plus parmi ceux , très nombreux, que nous te devons.

    Nous c'est Jean-Pierre, Xavier et moi-même, Jean-Marie.

    Pour la première fois, nous nous sommes rencontrés Villa Lauwrence au début de l'année 1963, au sein de l'Institut d'Études Juridiques Poplawski, berceau de la future faculté de Droit et Sciences Eco, dont tu as assuré le secrétariat général de façon ininterrompue durant toute ta vie professionnelle.

    Jean-Pierre, tout juste arrivé en France en septembre 1962, venant de son Algérie natale, a trouvé en toi et ta soeur Jeanine les qualités humaines et un visage beau et bienveillant de la France dont il avait tant besoin.

    Xavier et moi, beaucoup plus chanceux dans notre vie personnelle et familiale, pouvons nous targuer d'avoir immédiatement trouvé en toi le plus dont nous avions besoin pour pouvoir mener à terme notre cursus universitaire et par la suite notre vie professionnelle.

    Nous sommes devenus les gardiens et gestionnaires de la Bibliothèque, allant jusqu'à exercer occasionnellement des fonctions administratives sous ta direction toujours bienveillante et à la fois pleine de qualités humaines.

    L'amitié sincère et véritable est très vite venue se greffer sur cet univers professionnel au point que nous avons également partagé des moments de vacances et de plaisir inoubliables.

    Ta compétence et ton désir du travail accompli t'a conduit à reprendre des études universitaires pour pouvoir mieux gérer l'Institut d'Administration des Entreprises nouvellement créé.

    Pour autant, il fallait également que le corps suive l'esprit.
    Tu as toujours été passionnée de montagne, de ski, allant jusqu'à devenir la secrétaire et la première supportrice du P.I.C (Pau Institut Club) dont les premiers représentants étaient des rugbymen.

    Ce sport, bien ancré en Béarn, était également pour toi l'occasion d'honorer et de te retrouver autour d'une bonne table.

    Tous les étudiants et toutes les étudiantes, témoins successifs de ces moments de convivialité ne t'oublieront jamais, lorsque, notamment, tu décidais de pousser la chansonnette, béarnaise bien sûr.

    C'est dans ce contexte que tu nous a aussi permis d'assumer au sein de l'université des fonctions d'enseignement après que nous ayons obtenu nos diplômes grâce, notamment à l'aide économique, que nos premiers emplois, obtenus grâce à toi, nous a apporté.

    Comment aurions-nous pu te laisser partir sans dire à quel point ton amitié et ton affection ont été pour nous un immense cadeau.

    Bien plus, nous pouvons nous honorer d'avoir été tes enfants, tes petits comme tu aimais le rappeler chaque fois que nous nous retrouvions qu'il s'agisse de moments de joie, de mélancolie ou de tristesse.
    Ta vie n'a pas été exempte de drames mais globalement et majoritairement, nous pensons qu'elle a été heureuse.

    Tu as su l'agrémenter par une passion de ton Béarn, de tes Pyrénées, des voyages, de la mer.

    La culture a également occupé ton esprit. Tu connaissais de nombreux poèmes dont tu aimais décliner les rimes.

    Tu as également accédé à une connaissance aiguisée de l'opéra avec l'aide et l'active et toujours affectueuse participation de Jacques.

    En bref, tu aimais la vie, tu savais faire partager cet amour.
    Nous sommes fiers de pouvoir aujourd'hui nous honorer d'avoir fait partie de ta famille.

    Ainsi, en ce moment si cruel pour tes proches, nous pensons à cette phrase prononcée par Jean-Louis Trintignant lors des obsèques de sa fille Marie :

    " Ne pleurez pas ; réjouissez-vous de l'avoir connue ".

    ADISHATZ MIMI et bon repos dans ta bonne ville Gan qui peut s'enorgueillir de compter parmi ses enfants la famille CAZENDRES.

    RépondreSupprimer
  2. Les obsèques de MIMI,

    http://www.dansnoscoeurs.fr/mimi-cazendres/860834

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup Rachid, pour cette très jolie hommage! Heleen

    RépondreSupprimer