mercredi 5 février 2014

Chokri BELAID : CIRCULEZ, IL N'Y A PLUS RIEN A VOIR !

Photo de Leila Toubel.

Article paru dans : Kapitalis

Le dossier de Chokri Belaid est "clôturé" un an après son assassinat !! 

En effet, avec la mort de l'assassin "présumé" de Chokri Belaid; Lotfi Ben Jeddou aura fini son "travail", raison entre autres pour laquelle Ghannouchi a tenu à le maintenir dans ses fonctions à la tête d'un ministère responsable de nombreuses exactions commises par Ennahdha, qui a infiltré ce ministère par ses hommes !

Beaucoup de Tunisiens s'étonnent qu'aucun "salafiste" n'ait été pris vivant. 
A-t-on délibérément cherché à réduire au silence les exécutants pour qu'ils ne livrent pas les noms du ou des commanditaires du crime, que les Tunisiens et la famille de Chokri, suspectent être très "hauts placés" dans le parti Ennahdha, si ce n'est Ghannouchi lui même ? !!  

Avec la mort de Kamel Gadhgadhi, l'assassin de Chokri BELAID et de Mohamed BRAHMI, Lotfi Ben JEDDOU d'une balle il fait trois coups :
- il ferme un dossier qui empoisonne Ghannouchi et jette le discrédit sur ses hommes ... 
- tout en "offrant" à la famille BELAID, à l'occasion de la commémoration de l'assassinat de Chokri, comme d'un cadeau : l'assassin de leur enfant !!
- et "calmer" la famille BRAHMI.
Triste et macabre mise en scène digne d'un régime soviétique !!

Dommage qu'une telle tâche honteuse vienne ternir l'image du gouvernement de Mehdi Jomaa, qui jouissait depuis sa prise de fonction, lui et les ministres de son gouvernement, d'un préjugé favorable quasi unanime !!

Certes ces criminels étaient dangereux mais les services spéciaux ont des moyens de neutraliser ce genre de personne. 
Si les criminels s'étaient fait eux-même "sautés" avec leurs explosifs, on aurait pu admettre leur mort; mais c'est la police qui les a "descendus"; et l'on se pose vraiment la question de la nécessité d'une telle action. Quand on sait que les morts ne parlent plus ...

Personne ne pourra empêcher les tunisiens de se demander si l'on n'a pas voulu faire taire ces criminels qui se promenaient impunément depuis des mois, avec la bénédiction de Ali Larayedh en tant que ministre de l’intérieur; puis en tant que premier ministre !
Lotfi Ben Jeddou nous avait habitué à ses conférences de presse après chacun de ses "exploits"; comment se fait-il qu'il ne s'en soit pas prévalu de ce dernier, laissant la tâche  à des cadres du ministère ? Craignait-il les questions "dérangeantes" que n'auraient pas manquées de poser des journalistes "curieux", professionnels et émancipés du pouvoir ??

Mehdi Jomaa décidera-t-il de se défaire de Lotfi Ben Jeddou ? Va-t-il laisser sa crédibilité et celle de tout son gouvernement entachée par la présence de ce personnage qui, de toute évidence, lui a été imposé par Nahdaa ? Sa popularité actuelle lui donne le pouvoir de se défaire de ce ministre, les tunisiens le soutiendront et lui en sauront gré.
Car ce ministre à l'évidence est "chargé" par Ennahdha de "veiller" à ses intérêts et de la préserver de toutes enquêtes et poursuites qui pourraient incriminer ses hommes et DÉMONTRER au monde entier la réalité de ce parti : UN PARTI TERRORISTE ! 

Rachid Barnat

3 commentaires:

  1. SI C'EST VRAI ... C'EST TRÈS GRAVE !

    Annouss Ben Brahim :
    تم صباح اليوم استدعاء عائلات الإرهابيين السبعة الذين قتلوا في الأحداث الاخيرة بجهة رواد للتعرف على هوية الجثث، بقسم الطب الشرعي بمستشفى شارل نيكول بالعاصمة.
    ووفق ما ورد في جوهرة أف أم قال والد القضقاضي الجثّة ليسن لإبني ... وأنا متأكد ووزارة الداخلية أرغمتني بأن أعلن عن وفاة إبني وأن أقيم له جنازة ... وهدّدوني بأن أتفوه بكلمة .... لكنّي لا خاف إلا الله وحسبيا الله ونعم الوكيل .

    Lors de l'identifications des corps des salafistes, à la morgue de l'hôpital Charles Nicole, le père de Kamel Gadhgadhi ne reconnaît pas celui de son fils.
    Des responsables au ministère de l'intérieur lui ont intimé l'ordre de reconnaître dans celui qu'ils lui présent, son fils Kamel.
    Il a refusé.
    Ils ont voulu sous la menace le forcer à reconnaître le corps comme étant celui de son fils, lui intimant l'ordre d'organiser ses funérailles.
    A nouveau il a refusé en leur précisant qu'ils ne lui font pas peur, car il ne craint que dieu !!

    RépondreSupprimer
  2. Kalthoum KANNOU, présidente du syndicat des Juges indépendants, se dit très choquée que le ministre de l'intérieur Lotfi Ben Jeddou ne trouve rien de mieux pour commémorer l'assassinat de Chokri Belaid, que de proposer des cadavres humains en guise de cadeau aux tunisiens et à la famille Belaid !

    RépondreSupprimer
  3. LES FRÈRES MUSULMANS ONT ASSASSINÉ Chokri BELAID, CAR IL ÉTAIT LE SEUL A LEUR TENIR TÊTE ET A DÉNONCER LEUR INSTRUMENTALISATION DE LA RELIGION !

    Et quand les "Frères" manquent d'argument pour lui répondre, ils recourent à l'unique argument qu'ils connaissent et qui fait partie de leur "action" politique : l'ASSASSINAT !

    https://www.facebook.com/lepouvoiraupeuple.tn/videos/vb.125287810976518/136091623224627/?type=2&theater

    RépondreSupprimer