jeudi 27 février 2014

LPR * : Milice d'Ennahdha & CPR **. Des preuves ? En voici ...


Quand Mahmoud Baroudi leur disait République bananière …

Jeudi 19 juillet 2012, le député de l’Alliance démocratique Mahmoud Baroudi crie en pleine ANC : « c’est là un décret digne d’un président provisoire d’une République bananière ». Il suscita alors la polémique et ses opposants sont montés sur leurs grands chevaux pour crier au scandale.

Un an et demi plus tard, ces mêmes députés agissent comme s’ils étaient dans une République bananière.
Une délégation de 25 députés est allée voir cet après-midi, jeudi 27 février 2014, le ministre de l’Intérieur pour parler (officiellement) de la tension qui a prévalu hier au Kram, après l’arrestation d’un certain nombre d’individus appartenant aux Ligues de protection de la révolution. A leur tête, Imed Deghij qui n’a cessé de diffuser des vidéos dans lesquelles il insulte et menace juges, police, journalistes, hommes politiques, hommes d’affaires etc. La loi est quotidiennement bafouée par cet individu, tout comme l’Etat de droit et le prestige de l’Etat.
Il n’est pas le seul, comme lui, on peut citer Yassine Ayari, Recoba et des dizaines d’autres individus totalement inconnus avant la révolution et devenus, soudain, de vrais révolutionnaires. Des individus dont on ne connait rien de leurs financements, ni de leurs parrains.

Ces députés et les amis de Imed Deghij parlent de son arrestation musclée, alors qu’il n’y a qu’un témoin (et un seul), un ami à lui, tenancier de café de son état. La mère de Deghij a répété les mêmes propos mettant le feu aux poudres parmi les jeunes du Kram et les amis de Deghij, qui agit comme un véritable caïd de cité.
Différentes sources sécuritaires et de syndicats des forces de l’ordre ont démenti catégoriquement avoir agressé physiquement l’interpellé. Idem pour le ministère de l’Intérieur qui a affirmé que tout s'est déroulé conformément à la loi. Mais toutes ces voix sont devenues inaudibles. Seule la version du tenancier du café est crue par les députés.
L'un d'eux, Béchir Nefzi, renie même le droit aux syndicats de s’exprimer sur le sujet, alors que la pratique est identique à tous les syndicats de police des pays démocratiques.
Les députés qui sont allés voir aujourd’hui le ministre de l’Intérieur sont les mêmes qui votaient il y a quelques jours la séparation des pouvoirs. Les mêmes qui parlaient de l'Etat de droit et de la primauté de la loi.

L’arrestation d'Imed Deghij a été ordonnée par le procureur de la République. Ses méfaits, ses insultes et ses violations des lois en vigueur peuvent être constatés par tout un chacun, il suffit d’aller voir ses vidéos publiées dans les réseaux sociaux.
Les 25 députés balaient tout cela d’un trait ! Ça ne les dérange nullement qu’ils désavouent l’appareil sécuritaire et son crédit. Ça ne les dérange nullement de décrédibiliser les forces de l’ordre. On ne les a pas vus bouger quand des dizaines de membres de ces forces de sécurité ont été assassinés sauvagement. On ne les a pas vus bouger quand Deghij and co se permettaient d’insulter les forces vives du pays. On ne les a pas vu bouger quand Nagdh, Belaïd et Brahmi ont été assassinés. Comme lors du temps de la Troïka et comme au bon vieux temps de la campagne électorale de 2011, Ennahdha et le CPR sont réunis pour le meilleur et pour le pire. Et ça continue, malgré les apparences trompeuses de ces dernières semaines.

Hier, on ne savait pas (ou par manque de preuves, on se taisait) qui étaient les parrains et financeurs des différents membres des LPR. Aujourd’hui, on en a une petite idée. Et cette idée renvoie exactement à ce que l’on voit dans les républiques bananières ou dans les pays où les milices font la loi, la Libye en exemple.
La Tunisie n'est pas et ne sera pas une République bananière. Ceux qui cherchent à la rendre comme telle doivent être éjectés immédiatement de là où ils sont. De leur position, ils sont plus nuisibles au pays et à l'Etat de droit que tous les voyous des LPR réunis.

* Ligue de protection de la révolution
** Ennahdha : parti des frères musulmans, dont le chef est Ghannouchi
   CPR : Congrès pour la république, dont le chef est Marzougui.

                                                     ***********


Photo

Pour les beaux yeux de sa majesté Imed Dghij « Le Grand »


Il n'est pas sorti de l'auberge, Mahdi Jomâa, ni son équipe, ni tous les tunisiens, d’ailleurs, par la même occasion.
Il n’est pas sorti de l’auberge et il n’est pas prêt d’avancer d’un iota dans ses programmes, si à l’arrestation du premier brigand, il voit accourir à ses bureaux, la crème de la classe politique « élue », conduite par la très honorable Mehrezia Lâabidi, et composée de ces non moins honorables députés d’Ennahdha, du CpR et du mouvement Wafa.
Ils ont accourus chez lui pour lui demander des comptes, et éventuellement le sermonner, pour avoir « osé » inquiéter le saint des saints, le « symbole » de la révolution, la figure de proue des « templiers » défenseurs de la flamme sacrée de la révolution du Jasmin. Ils ont accouru, scandalisés qu’ils étaient par ce sacrilège, qui dépassait en horreur les meurtres en série des hommes politiques et des agents de l’ordre et des forces armées, qui les avaient, alors, laissés de glace !
Il faut dire, aussi, que ces honorables défenseurs de la déchéance et de la délinquance de bas étage, sont venus blâmer le chef du gouvernement, après avoir, au préalable, fait de même auprès du ministre de l’intérieur, qui, intimidé par noblesse de l’assistance et la gravité des faits à lui reprochés, se serait effondré dans des excuses plates et dans des promesses de sévir contre ces « taghouts » qui  avaient osé porter atteinte à sa sainteté Imed Dghij. Il se serait même plaint d’avoir été soumis à des pressions extrêmes avant de concéder cet outrage au leader des leaders, sa majesté Dghij.
Pour revenir un peu au début de la « crise », on se rappelle que Imed Dghij a pris toutes ses responsabilités de leader politique, et a allumé la caméra de son PC, pour se lancer dans des ignominies adressées aux forces de l’ordre, et même à certains magistrats. Il a défié toute cette assistance de venir le chercher, sûr qu’il était de la tournure qu’allaient prendre les évènements. Car tout ce qui s’est passé semble avoir été bel et bien programmé pour se dérouler de la sorte. Une insolence extrême, suivie d’une riposte des appareils judiciaire et policier, s’en suivit une mini-émeute instantanée (donc programmée et prévue), avec son cortège de casseurs et d’arrestations.
Les défenseurs de la déchéance ont, par la suite, réagi au quart de tour, en inondant le net de leurs critiques et de leur réprobation de la « réinstauration de l’Etat policier ». Le lendemain, le relais a été assuré par une certaine élite politique qui s’est attelée à la besogne pour arracher leur guide chéri, défenseur de leurs valeurs révolutionnaires, des griffes des taghouts.
Mais en s’emportant de la sorte et en accourant tête baissée à la rescousse de Dghij, il n’est même venu à la tête de ces dignes représentants des trois imminents partis politiques, qu’ils étaient en train de donner une idée quant aux parties qui étaient derrière tout ce scénario.
Donc, maintenant tout le monde se doute un peu, de la partie politique qui aurait été à l’origine de cette escalade. Reste à savoir le pourquoi de la chose ? Surtout si on comprend la gravité de la concomitance voulue entre cet « incident » et les troubles qui se déroulent dans le bassin minier, et aux quels tout le monde s’attendait. Et que le gouvernement de la Troïka a si bien su, différer jusqu’à la prise de fonction du cabinet Mehdi Jomâa, pour le lui léguer en guise de cadeau.
Pourquoi, donc, toute cette violence et tout ce remue ménage, que voudrait-on empêcher Jomâa de réaliser ? Et que voudrait-on anticiper ?

                                                                *********


UN RETOURNEMENT DE VESTE SPECTACULAIRE !!

Imad DGHIJ travaillait dans un dépôt de vin pour le compte de Imad TRABELSI !
Or Imad TRABELSI n'est autre que le fils de Leila TRABELSI femme de ZABA, qu'elle dit être son neveu, réputé pour être le plus voyou de la famille !
Ce Imad DGHIJ se veut plus royaliste que le roi; puisqu'il s'est autoproclamé "protecteur de la révolution" ... pour "casser" du RCD-istes !!

L'OPPORTUNISME des abrutis !!
Et c'est pour cette crapule que les constituants du CPR & Ennahdha se mobilisent ??? !!!

1 commentaire:

  1. LES VOYOUS ET Mehdi JOMAA !

    Si Mehdi Jomaa cède et relâche les voyous du LPR, comme les traitaient les deux gouvernements Ghannouchi, il perdra toute crédibilité auprès des tunisiens et perdra leur confiance !

    Cette ligue autoproclamée pour protéger la révolution n'est que la milice de Ghannouchi & Tartour ... que leurs affidés constituants confirment par leur mobilisation de soutien à ses chefs !

    Mehdi Jomaa doit purement et simplement dissoudre cette organisation de crime et de violence qui exaspère les tunisiens depuis plus de 2 ans et qui empêche toute activité normale politique et démocratique !!
    C'est l'une des conditions de la feuille de route !!!
    Alors stop à l'hypocrisie : il faut en finir avec cette milice digne d'un Etat fasciste !

    RépondreSupprimer