mercredi 26 mars 2014

JACQUES A REJOINT MIMI

Notre ami Jacques Maréchal a rejoint sa chère Mini Cazendres hier, suite à une longue maladie.
Tant que Mimi était là, elle l'aidait à tenir bon pour lutter contre sa maladie.
Elle était maternelle avec lui et à chacune de ses hospitalisions elle lui consacrait de manière assidue toutes ses après midi pour lui tenir compagnie jusqu'à la fin réglementaire des visites. C'était touchant de la voir en prendre soin comme d'un enfant. 
Ceux qui ont connu le couple, savent que leur rencontre à la faculté de droit où Mimi assurait le secrétariat, s'est faite sous le signe de l'amour maternel; puisque la maman de Jacques inquiète de l'abandonner dans la grande ville, l'avait recommandé à Mimi, qui tombée sous le charme du grand garçon brun aux yeux bleus, l'avait mis sous son aile maternelle et ne l'avait plus quitté depuis.  

Du jour où Mimi est décédée suite à un accident de la route, Jacques semble avoir perdu ses repaires et ne souhaitait plus lutter contre sa maladie; refusant des fois de s'alimenter et renonçant même aux visites médicales de contrôle du spécialiste qui le suivait.

Jacques nous disait avoir tenu bon et essayé de faire bonne figure, juste pour faire plaisir à Mimi et l'aider elle-même à tenir malgré ses souffrances chroniques. A quoi bon tenter de lui survivre, nous disait-il !

Malgré son très grand chagrin, il a reçu sa mort comme une délivrance pour elle mais aussi pour lui pour en finir avec ses propres souffrances, se sentant libéré de l'engagement moral envers elle et s'autorisant d'en finir.

Deux êtres magnifiques que la mort va réunir à nouveau comme la vie les avait unis pendant plus de 60 ans.

Jacques était un esthète sensible à la beauté aussi bien des choses que des sentiments.

Quand il nous parlait d'un film, d'un livre, d’un opéra, d'une pièce de théâtre ... il essayait de trouver les mots justes pour traduire ce qu'il ressentait ... ce qui exaspérait parfois Janine qu'il ne fut pas bref. 
C'est devenu même un jeu entre eux, pour ceux qui les connaissent, nécessitant parfois l'arbitrage affectueux de Mimi pour mettre fin à leur gentille chamaillerie !

Ce départ sera le deuxième en si peu de temps pour leur complice Janine qui n'a pas fini de faire son deuil de la disparition de sa grande sœur.
Jacques lui manquera certainement, lui qui fut leur meilleur ami à elle et à sa sœur. 

Encore un ami qui nous quitte.

Reposez en paix Jacques.

Rachid Barnat


1 commentaire:

  1. Quelle tristesse. J'apprends par vous la disparition de cet homme délicieux.

    RépondreSupprimer