samedi 2 août 2014

Le plan Yinon : Plan d’Israël, pour le Moyen-Orient

Les peuples du "monde arabe" sont pris en tenaille par des utopistes qui l'ont mis à feu et à sang : les islamistes rêvant de leur grand Califat, et les sionistes de leur grand Israël ... les deux s'appuyant sur le wahhabisme pour y parvenir ! Pendant que les "arabes" se bouffent le nez, les sionistes poursuivent leur plan.
R.B
Stephen  Lendman
Par Stephen Landman,
associé de recherche du centre de la recherche sur la mondialisation.


En 1982, Oded Yinon conseiller au ministère israélien des affaires étrangères, a publié un document révélant le projet de domination et de conquête régionale par Israël. Sa pertinence est toujours d'actualité. Intitulé d'abord " Une stratégie pour Israël dans les années 1980 ", il a été rebaptisé : " Le plan sioniste pour le Moyen Orient " par l'éminent professeur Shahak Israël (1933 -2001), militant sioniste de longue date, analyste et défenseur du grand Israël.

Le plan sioniste pour le Moyen-Orient :
Une stratégie pour Israël dans les années quatre-vingt dix-neuf

Selon l'Association des universitaires arabo-américains, c'est la déclaration la plus explicite, détaillée et sans ambiguïté à ce jour, de la stratégie sioniste au Moyen-Orient. Son importance ne réside pas dans sa valeur historique, mais dans le cauchemar qu'elle représente.
Et c'est ce qui va se produire. 

Les deux objectifs essentiels de ce plan sont :
- Pour survivre, Israël doit dominer la région et devenir une grande puissance mondiale, et
- Et pour réussir, cela exige la division des pays arabes en petits États par une balkanisation le long des lignes ethniques pour en faire des satellites d'Israël, satrapes sous contrôle israélien. L’idée s’inspire de millet de l'empire ottoman système par lequel le pouvoir central transférait l'autorité aux communautés confessionnelles avec des identités ethniques séparées.

En 1967 Israël a annexé le Golan; et de 1978 et 1982, il a envahi le Liban selon le plan Yinon donnant des possibilités de grande envergure pour la première fois depuis 1967 pour créer une situation de conflit autour d'Israël, qu’il exploitera à souhait. La méthode consiste à déclencher des belligérances préventives contre les Palestiniens et les Etats régionaux, pour en faire des cibles susceptibles d’être affaiblis, fragmentés, divisés, et reconfigurés sous contrôle israélien.

En 1982, il s’agissait de diviser l’Irak en chiites, en sunnites, et en régions kurdes. Ce qui va se produire après 2003. Shahak  Israël notait alors que : " Le plan suit fidèlement le courant d'idées géopolitiques de l'Allemagne de 1890-1933, qui ont été validées par Hitler et le mouvement nazi, pour déterminer leurs objectifs pour l’Europe de l'est, mis en œuvre de 1939-1941. Ce sont les alliés qui y ont mis fin ".

La terre promise, le grand rêve des sionistes : du Nil à l'Euphrate.

Annonçant le "début d’une ère nouvelle", Yinon Oded a dit : 
" L’existence, la prospérité et la constance d'Israël, dépendent de sa capacité à adopter un nouveau cadre pour ses affaires intérieures et étrangères, basé sur la sécurisation de ses besoins matériels à travers les guerres et les divisions du monde arabe pour contrôler ses ressources."

Tous les Etats arabes à l’est d’Israël sont déchirés, brisés et noyés dans des conflits intérieurs, plus encore que ceux du Maghreb (le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, la Mauritanie et le Sahara occidental). 
Tous les pays du Golfe sont comme un château de sable gorgé de pétrole. 
La Jordanie est en réalité la Palestine, Amman étant l'équivalent de Naplouse.

D’autres États musulmans sont dans le même cas de figure. La moitié de la population de l’Iran parle persan, le reste est ethniquement turque. La Turquie est à moitié sunnite, le reste est chiite alawite et les Kurdes sont sunnites. Aujourd’hui les divisions de l’Afghanistan sont plus claires, y compris les Pachtounes, les Tadjiks, les Hazaras, les Ouzbeks, les Turkmènes, et d’autres. Le Pakistan est également composé de Pendjabis, de Pachtounes, de Sindhis, Seraikis, Muhajir, Baloutches et d'autres.

Du Maroc à l'Inde, de la Somalie à la Turquie, la stabilité est absente, entraînant une régression rapide de la région; ce qu'Israël pourrait exploiter à son avantage. Partout dans le Moyen-Orient, la dépravation, la faim et le chômage touchant des millions d'individus, constituent des problèmes potentiellement explosifs que les forces de sécurité ne peuvent contenir, et donnent à Israël "des possibilités de grande envergure pour la première fois depuis 1967.

L’erreur stratégique de la Guerre des Six Jours, est de n'être pas parvenu à donner la Jordanie aux Palestiniens, ce qui aurait "neutralisé" leur problème en le supprimant.
Aujourd’hui, nous sommes soudainement face à d’immenses possibilités pour transformer la situation à fond et nous devons les réaliser dans la prochaine décennie, sinon nous ne pourrons pas survivre en tant qu’État.
Il est recommandé de changer de politique extérieure et intérieure à grande échelle.

L'accord de paix d’Israël avec l’Egypte était une erreur, car l'économie de ce pays repose sur l’importation de ressources pétrolières, sans lesquelles il pourrait être détruit. Pour cela deux façons de faire :
- Directe, par la rupture du traité, ou
- Indirecte, en reprenant le contrôle du Sinaï; l’Égypte ne constituant pas d'obstacle militaire majeure en raison de ses conflits internes.

En 1956, le mythe de l'Egypte leader fort du monde arabe a été révélé au monde; et réaffirmé en 1967. Son économie est aussi en crise, ce qui rend essentielle l’aide étrangère. L'objectif stratégique d'Israël est de l'affaiblir davantage en le divisant en zones géographiques distinctes. Si l'Egypte tombe, d'autres pays peuvent suivre, y compris la Libye et le Soudan.

La perspective d’un Etat chrétien copte en Haute-Egypte avec un certain nombre d’Etats faibles à la puissance très localisée, est la clé d’un développement historique. Ce qui a été retardé par l’accord de paix mais qui semble inévitable à long terme.

La division du Liban en cinq provinces est un précédent pour l’ensemble du monde arabe, y compris l’Egypte, l’Irak, l’Iran, la Syrie et la péninsule arabique. La Syrie se divisera en un Etat côtier chiite alaouite, une zone sunnite à Alep, une autre à Damas, et les Druzes auront leur propre état. Ce qui aura pour résultat de garantir la paix et la sécurité sur le long terme. Et ce but est déjà à notre portée aujourd’hui.

L'Irak déchiré mais riche en pétrole, est une cible pour la "garantie" d'Israël, plus importante que la Syrie. À court terme, c'est la menace la plus grande pour Israël.

Une guerre avec l’Iran le déchirera, et conduira à sa chute, et peut-être à sa fragmention; en séparant ses riches provinces en pétrole, arabophones, du reste du pays. Les confrontations causeront ailleurs de nouvelles dissolutions.

À cause de la pression interne et externe, la péninsule arabe entière est vulnérable, particulièrement l'Arabie Saoudite. La Jordanie ne sera plus une menace à long terme après sa dissolution. Il n'y a aucune chance qu'il continuera à exister encore longtemps dans sa structure présente.
Ainsi, la politique d'Israël devrait transférer le pouvoir jordanien aux Palestiniens, accélérée par l'émigration dans les territoires occupés, aboutissant à ce que les arabes soient en Jordanie et les Juifs à l'ouest du fleuve du Jourdain. 
La coexistence véritable et la paix régneront sur terre seulement quand les Arabes comprendront que sans domination juive entre la Jordanie et la mer, ils n’auront ni existence ni sécurité. La Jordanie est leur seule alternative, qui donne à Israël plus de terres nettoyées des arabes.

Autrement, nous cesserons d'exister dans n'importe quelles frontières. La Judée, la Samarie, la Cisjordanie (la Rive ouest), Jérusalem et la Galilée sont notre unique garantie pour l'existence nationale. Le rééquilibrage du pays démographiquement, stratégiquement et économiquement reste l'objectif le plus important aujourd'hui.
Les changements transformant la Communauté juive mondiale font d'Israël la seule option existentielle. Notre existence est certaine. Rien ne peut nous l'enlever ni par la force ni par la trahison (comme disait Anouar Sadat).

Trois points importants à souligner :
D'abord, l'armée d'Israël seul ne peut pas occuper plus de territoire. 
La solution : les "forces Haddad" ou "Associations de Village," les collectivités locales de contrôle, dissociés de leurs populations, des garnisons israéliennes stratégiquement placées entre les mini états. 
Pour réaliser cela, il faut maintenir la division des arabes.

Deuxièmement, le plan d'Yinon a été publié pour convaincre la société israélienne, particulièrement
ses élites capables d'influencer d'autres. Les problèmes de la sensibilisation des arabes sont minimes, étant donné leurs divisions et leur incapacité à comprendre la société israélienne.
Ce ne sont pas les préoccupations des américains : leurs médias pro-israéliens assument "leur bonnes intentions"; indépendamment de la politique et du Lobby israélien qui fait le reste. 
En conséquence, Israël a les mains libres "parce que le monde ferme les yeux."

En 1985, le président israélien et leader du Parti travailliste Haïm Herzog a fait écho aux vues des extrémistes comme Sharon et Netanyahou :
"Nous ne sommes certainement pas prêts à faire des Palestiniens des partenaires en aucune manière dans un pays qui est sacré pour notre peuple depuis des milliers d’années. Il ne peut y avoir aucun partenaire avec les juifs de cette terre." 
La seule option aujourd’hui : une politique favorable permettant l'expulsion des palestiniens. 

Même le révisionniste, le leader Ze’ve Jabotinsky, préconisait notamment dans une lettre en 1939 : " Il n’y a pas de choix : Les Arabes doivent faire de la place pour les Juifs en Eretz Israel (terre d'Israël). Il était possible de transférer les peuples baltes, il est également possible de déplacer les palestiniens." 

Le plus gros a été réalisé en Israël en 1948, lors de la "Guerre d’Indépendance," et à nouveau lors de la guerre de Six Jours en 1967. Par la suite l'état a continué, soutenu et financé par les amis d’Israël à Washington, ses partenaires dans ce projet.

En conséquence, les Palestiniens ont beau résisté pendant plus de soixante ans; leur courage et leur détermination étant ignorés à l’Ouest, le soutien global de l'Occident donne de l’espoir à Israël.

Traduit de l'anglais par Rachid Barnat





4 commentaires:

  1. Collusion et collaboration sioniste avec le National-socialisme hitlérien.

    Fédération sioniste d'Allemagne, un mémorandum au parti nazi le 21 juin 1933 :

    « Dans la fondation du nouvel État, qui a proclamé le principe de la race, nous souhaitons adapter notre communauté à ces nouvelles structures... notre reconnaissance de la nationalité juive nous permet d'établir des relations claires et sincères avec le peuple allemand et ses réalités nationales et raciales.

    Précisément parce que nous ne voulons pas sous-estimer ces principes fondamentaux, parce que nous aussi nous sommes contre les mariages mixtes, et pour le maintien de la pureté du groupe juif..

    http://www.wikistrike.com/2014/08/des-psychopathes-voici-toutes-les-citations-des-fondateurs-du-sionisme.html

    RépondreSupprimer
  2. Catherine ASHTON : Mollesse ou cynisme de la responsable des affaires étrangères européennes ?

    Daniel COHEN-BENDIT :
    " Faites de la politique Mme Ashton "
    " Dites aux israéliens : too much is too much; enough is enough ! "

    Enfin, un homme qui dénonce le cynisme de l'UE !
    Car cette femme elle joue double jeu avec les Tunisiens : elle fait croire aux "arabes" que les Frères musulmans sont des islamistes "modérés" dont l'islamisme est compatible avec la démocratie !!
    Et joue le jeu des sionistes en laissant Netanyahou poursuivre sa politique de colonisations !!!

    https://www.facebook.com/video.php?v=10153010080452926

    RépondreSupprimer
  3. LA FORCE DU SIONISME : DIVISER POUR MIEUX RÉGNER ....

    Propos d'un analyste égyptien :

    " La guerre psychologique doit être analysée par les faits.
    Combien de personnes savent ce que Ben Gourion a dit ?
    Chaque bulletin d'information devrait commencer par ce que Ben Gourion, le Premier Ministre Israélien a dit :
    - " Nous ne tirerons pas notre puissance de notre puissance nucléaire, mais de notre pouvoir à diviser les 3 grands pays autour de nous : l'Iraq, la Syrie et l'Egypte, en 3 sous-états engagés dans des guerres de religion et de tribus.
    - " Notre réussite ne dépend pas uniquement de notre intelligence mais doit aussi reposer sur l'ignorance et la stupidité des autres " !

    Les "autres" sont évidemment les musulmans.
    C'est ce qu'écrivait Ben Gourion !

    Nous devons former les nouvelles générations qui ignorent l'Histoire.
    Nous devons leur dire comment un pays comme l'Amérique est devenu un jouet entre les mains du sionisme mondial.
    - Sur les 8 millions qui forment la population de New York, 5 millions sont des juifs.
    - Sur 9 juges à la Cour Suprême des EU, 7 sont juifs.

    Il y a 80 ans, Benjamin Franklin avait dit, lorsqu'il a vu que les enfants juifs fréquentaient les écoles et les associations du Droit International : " Que la défaite des Américains est entre les mains des juifs " !

    Nous devons leur apprendre comment les Etats Unis, malgré leur superpuissance, ne sont rien d'autre qu'un jouet entre les mains du sionisme mondial qui s'applique à étendre Israël du Nil jusqu'à l'Euphrate, et de faire de nous (les musulmans) leurs esclaves.

    Réveillez vous, idiots " !

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2014/08/le-plan-disrael-au-moyen-orient-le-plan.html

    https://www.facebook.com/video.php?v=10153040045129373&fref=nf

    RépondreSupprimer
  4. SYRIE : Une issue à la crise ?

    Une issue au dépens de la Syrie une fois de plus sûrement !

    Puisqu'il est fort probable selon le plan Yinon, que ce pays soit à nouveau amputé d'une partie de son territoire; comme le fut "la grande Syrie" (Bilad Escham) de l'époque coloniale, que les empires coloniaux franco-anglais avaient imputée de la Palestine et du Liban !

    http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/10/29/syrie-vers-le-bout-du-tunnel,1285088.php

    RépondreSupprimer