dimanche 9 novembre 2014

LOTFI ABDELLI OU LA PEDAGOGIE PAR LE RIRE

OU QUAND LE RIRE VOUS DONNE A RÉFLÉCHIR !

MADE IN TUNISIA


Lotfi Abdelli ou le Coluche tunisien ? Certains critiquent sa "vulgarité" qui n'est que la gouaille des enfants de Bab Souika, quartier de la médina de Tunis qu'il a fréquenté dans son enfance, et qui a de tout temps choqué les gens des beaux quartiers.
Ils ont tort car pour toucher les couches les moins favorisées, il se devait de leur parler dans le langage qu'ils comprennent. Les autres qui se considèrent "au-dessus", plutôt que de condamner son langage parfois châtié, ne devraient pas s'arrêter à la forme; ils devraient aller au fond de ses sketchs pour comprendre le second degré des vannes de Lotfi. Qui sait, peut-être un jour ils y viendront à son humour et y décèleront des perles, comme ceux qui avaient rejeté Coluche mais dont certains ont fini par l'apprécier et même regretter la "sentinelle" qu'il était contre les travers de la société françaises et surtout de ceux de sa classe politique.

Pour le situer, je dirais qu'il est entre Gad el Maleh et Jamel Debbouz, avec un plus qui n'est pas négligeable, Lotfi étant de ces artistes qu'on dit "engagés" ! 
Engagé il l'est effectivement ! Il a du lutter à sa manière contre l'obscurantisme des Frères musulmans nahdhaouis venus pour la plupart d'Occident se croyant permis de rééduquer le peuple tunisien, critiquant sa "tunisianité" qui n'est pas conforme à la société idéale qu'ils veulent répandre dans le monde dit "arabo musulman", qu'est le wahhabisme de la péninsule arabique !

Les spectacles de Lotfi Abdelli durant la triste période de la troïka dominée par les Frères musulmans, étaient chahutés voir annulés par les "salafistes-enfants" de Ghannouchi qui se sont autoproclamés défenseur de la morale et protecteur de la moralité des tunisiens ! Il s'est exposé à leur violence, à leurs insultes et à leurs menaces de mort ... dans l'indifférence des autorités et plus particulièrement de celle du ministre de l’intérieur d'alors Ali Larayedh qui déclarait qu'il n'assurerait pas la sécurité de ses spectacles ! Mais il a eu le courage de leur résister au péril de sa vie; puisque lors de ses spectacles les "enfants" de Ghannouchi sont souvent armés ... et dont certains brandissaient leurs sabres !

Un malheur pour un bien : les islamistes sans le vouloirs, lui ont assuré sa "com", puisque depuis Lotfi joue pratiquement à guichet fermé !

Dans son spectacle "MADE IN TUNISIA", Lotfi n'a fait que rappeler l'identité tunisienne par les travers du tunisien mais aussi par ses qualités particulières faisant de ce peuple ce qu'il est : tolérant, parfois coléreux et de mauvaise foi mais généreux en tout, dés lors qu'on le respecte.

Dans ses sketchs on trouve de tout : du politiques, du social, jusqu'aux petites manies du tunisien ... où beaucoup s'y reconnaissent, à en juger par les rires et les applaudissements nourris de la salle; dénonçant pèle-mêle les tartufes et leur hypocrisie, comme l'opportunismes des nouveaux "convertis" à l'islamisme. A sa façon il fait de la pédagogie qui, comme on sait est plus efficace quand elle se fait par le biais du rire avec l'adhésion spontanée du spectateur. De les faire rire d'eux-mêmes, Lotfi réussit à faire toucher du doigt leurs travers aux spectateurs : et c'est déjà un premier pas pour le tunisien, pour essayer de se corriger ! Une sorte de catharsis collective par le rire pour un peuple qui n'a plus peur comme le martèle Lotfi Abdelli de rire de tout, de lui même et d'abord des des hommes politiques.
  
D’ailleurs la salle comble au diapason avec cet humoriste qui remplit la scène par son one man show, confirme l'attachement des tunisiens à leur "tunisianité" et à leur liberté, n'en déplaise aux barbus de tous poils, semble dire Lotfi Abdelli !

Merci Lotfi pour cette agréable recréation par un humour qui interpelle le tunisien pour le rendre meilleur, dans une salle où j'ai retrouvé les tunisiens tels qu'on les aime : pacifiques, heureux de leur "vivre ensemble", malgré les nahdhaouis qui cherchent à les diviser !

Rachid Barnat

PS : Lotfi Abdelli, confirmera-t-il la première impression qu'il m'a donnée ? L'avenir nous le dira, si Lotfi n'attrape pas la grosse tête et ne tombe pas dans la vulgarité comme le lui reprochent certains ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire