samedi 11 octobre 2014

Les démocraties occidentales se moquent des démocrates tunisiens !

LES FRÈRES MUSULMANS : DES AVENTURIERS SANS FOI NI LOI, DONT SE JOUE L'OCCIDENT !
GHANNOUCHI reconnaît implicitement ce qu'il doit aux occidentaux ! Ils veulent que les "Frères musulmans" nahdhaouis participent d'une manière ou d'une autre au pouvoir ... après le camouflet que leurs "Frères égyptiens" ont eu au bout d'un an de pouvoir catastrophique pour l'Egypte !!

Si l'Opposition a du composer avec les "Frères musulmans", ce n'était que parce que les EU & UE leur imposent Ghannouchi ! Et pour cela, ils ont inventé de nouveaux concepts tels que "consensus", "dialogue national" et autres foutaises qui feraient sourire tout démocrate ... mais qu'ils veulent imposer aux démocrates tunisiens !!!
Il faut espérer que BCE respectera son engagement de ne jamais participer à une coalition avec les Frères musulmans nahdhaouis !!
R.B
Adnan Limam
Par Adnan Liman :  Ennahdha : Du rêve califal au risque carcéral
Il n’est pas possible de comprendre le fil directeur de la stratégie politique générale d’Ennahdha, qui dicte l’ensemble de ses attitudes et de ses comportements sans avoir à l’esprit que ce mouvement n’est autre que la section tunisienne de l’organisation des Frères musulmans fondée par Hassan El Banna.
De cette observation fondamentale, procède la considération certaine selon laquelle la politique générale d’Ennahdha n’est pas dictée, seulement, par la réalité tunisienne, mais aussi et surtout, par la posture stratégique d’ensemble des « frères ».
  • Dans les premiers jours qui ont suivi la chute de Ben Ali, les responsables d’Ennahdha parlaient de la constitution d’un front électoral national au sein duquel ils se contenteraient de 10% des sièges, l’essentiel pour eux, à l’époque, étant de s’introduire, légalement, dans le jeu politique et d’être reconnu comme en étant l’un des acteurs.
Ensuite, et à la faveur des événements d’Egypte, de Libye et de Syrie, les Etats-Unis gouvernés par l’américano-sionisme,  se sont montrés très intéressés par la conclusion d’une alliance stratégique avec les « frères », qui n’en demandaient pas tant.
Les responsables américano-sionistes, portent, en fait, sur les « frères » et sur les mouvements qui se prétendent islamistes, en général, le regard que porte un chercheur sur des souris de laboratoire et se posent les mêmes questions : Comment les dresser ? Comment les manipuler à leur insu ? Comment les conditionner  pour leur faire accomplir les tâches voulues sans le dire directement ?
Selon toute vraisemblance, les termes du marché étaient les suivants :
  • Aider les « frères » à accéder au pouvoir, en Tunisie, en Egypte, en Libye.
  • En contrepartie, les « frères » s’engagent à les aider à faire tomber le régime syrien en appelant au « jihad » en Syrie et en constituant des réseaux pour y envoyer  le maximum de combattants.
  • Aider à la constitution d’une sorte de Califat sunnite destiné à faire contrepoids à l’Iran chiite, qui engloberait dans un premier temps, la Syrie , l’Egypte, la Libye, la Tunisie et qui s’étendrait, par la suite, aux pays du golfe qui seraient recomposés, d’un commun accord.
Le Hijaz, berceau de l’Islam, où se trouvent La Mecque et Médine, seraient attribués au Califat des « frères », alors qu’une partie du reste serait attribuée à une sorte de « Grand Qatar ».
  • En évoquant publiquement un cheminement inéluctable vers un sixième califat, Hamadi Jebali ne visait pas, seulement, la Tunisie, trop petite, par son territoire et ses ressources pour un projet pareil, mais faisait allusion à ce marché.
  • En contrepartie de l’appui américain à ce projet, les « frères » d’Egypte se sont engagés à aider les Etats-unis et Israël à résoudre définitivement le problème palestinien en cédant une grande partie du Sinaï pour qu’y soit édifié un Etat palestinien comprenant la bande de Gaza et en reconnaissant le caractère juif de l’Etat d’Israël.
  • Des sources crédibles rapportent que, vers le 20 Juin 2013, le Maréchal Sissi a demandé audience au président Morsi, l’entrevue a duré trois minutes ; Sissi a montré à Morsi  un document que ce dernier a signé et qui cède 40% du Sinaï  puis s’en est allé, sans mot dire, laissant Morsi blême.
Pour les américano-sionistes, il s’agit de tirer le maximum de ces gens-là en leur faisant miroiter des promesses qui vont dans le sens de leurs fantasmes les plus fous ( la restauration du califat sous leur égide) et en opérant un début d’exécution de ces promesses qui consiste à les aider à gagner les élections tunisiennes , égyptiennes et libyennes en les faisant financer par leurs affidés qataris et en mettant à contribution les sociétés américaines de marketing politique pour piloter leurs campagnes électorales.
En fait, le véritable objectif des américano-sionistes, loin d’aider à la réalisation des chimères des « frères »,  était de provoquer des guerres civiles destructrices dans les Etats concernés en faisant diviser les peuples en islamistes et anti-islamistes et en les montant les uns contre les autres, surtout que l’idéologie des « frères », telle que définie par Hassan al Banna et, surtout, Sayyed Qotb, s’y prête parfaitement, voire même, le suppose et l’impose.
Enivrés par les lendemains qui chantent qui s’annoncent pour eux, grisés par leurs succès électoraux fulgurants, embobinés par le début d’exécution des promesses américaines, les « frères » sentirent que leur heure a, enfin, sonné et qu’il va falloir mettre à profit leur accession aux commandes des Etats concernés pour rendre leur pouvoir définitif et irréversible en mettant en œuvre le programme dit du « tamkin ».
Il signifie que l’objectif qui doit être réalisé à la faveur de leur accession au pouvoir doit consister en la mainmise graduelle, jusqu’à ce qu’elle devienne totale, sur tous les rouages de l’appareil d’Etat et de la société.
C’est ce programme qui a commencé à être exécuté en Tunisie immédiatement après leur victoire aux élections du 23/10/2011, il suppose, préalablement à l'emprise sans partage sur l'appareil de l'Etat, la domestication ou la destruction de tous les contre-pouvoirs existants.
Pour bien comprendre la logique générale qui sous-tend la politique d’Ennahdha, il est bon de se remémorer ce que ces gens-là ont fait avec le pouvoir qui leur a été confié.
Ainsi, l’UGTT, les médias nationaux, le système judiciaire, le parti Nidaa Tounès, l’armée et les forces de sécurité intérieure, ont, tour à tour, eu à pâtir du programme éminemment totalitaire d’Ennahdha qui, tel le « rkhiss » qui se sent en position de force, voulait battre le fer tant qu’il est chaud et mettre à profit l’onction américaine à son programme pour annihiler les principaux contre-pouvoirs du pays.

1 commentaire:

  1. UN BONIMENTEUR QUI SE CROIT INDISPENSABLE ... ET INCONTOURNABLE POUR LA VIE POLITIQUE EN TUNISIE !
    Il est vrai que cela a fini par lui monter à la tête d'être soutenu par les Occidentaux et financé par leur servile émir du Qatar !

    Alors que les tunisiens lui ont signifié à maintes reprises qu'ils ne veulent pas des Frères musulmans ... voilà qu'il promet à nouveau tout, quitte à être en totale contradiction avec ce qu'il disait il n'y a pas si longtemps !

    Un petit rappel s'impose pour rafraîchir la mémoire des tunisiens, car ce bonimenteur tente de les duper à nouveau :
    - à nouveau il affirme qu'il est pour l'égalité des hommes et des femmes ... ce qu'il a avait déjà fait en 2011 ... alors que les tunisiens ont du bagarrer dur pour l'empêcher de passer la loi faisant des femmes les complémentaires des hommes !!
    - à nouveau il se dit républicain donc pour un Etat Civil ... comme en 2011; alors que les tunisiens ont du bagarrer dur pour l'empêcher d'instaurer la chariâa en lieu et place du code civil, prélude à l’État théocratique programmé par les Frères musulmans !
    - il se dit patriote et nationaliste; ce qui est en totale contradiction avec l'idéologie des Frères musulmans qu'est le pan-islamisme !
    - il courtise l'opposition et se dit prêt à gouverner avec les laïcs ... alors qu'il les vouait aux gémonies en les traitant de tous les noms, appelant à tuer les laïcs !
    - il voudrait gouverner avec BCE, alors qu'il a tout fait pour l'écarter de la vie politique.
    - Il a fini par se croire INDISPENSABLE ! ... lui dont le parti est en perte de vitesse auprès des tunisiens et plus particulièrement auprès des plus pauvres d'entre eux qu'il tente encore d'acheter avec la Charity-business financée par le Qatar !

    Cet homme est un fourbe, dont il faut se méfier !
    Malheureusement, l'Occident & les pétromonarques veulent les Frères musulmans au pouvoir pour avorter les révolutions des "arabes" !
    Aux tunisiens de résister à ce marchand du temple et à ceux qui le soutiennent !
    Quand les peuples veulent, ils peuvent !!

    PS : Le drame pour les Tunisiens, est que journalistes et hommes politiques de l'Opposition le traitent comme s'il était indispensable et incontournable à la vie politique tunisienne !
    A moins qu'eux aussi soient "sous pression" des Occidentaux & Pétromonarques !!

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2013/07/faut-il-pactiser-avec-les-islamistes_6.html

    http://www.kapitalis.com/index.php?option=com_content&view=article&id=25164:legislatives-ennahdha-et-la-politique-de-la-main-tendue&catid=190:politik&Itemid=739

    RépondreSupprimer