dimanche 9 novembre 2014

LA SANCTION DU MILITANTISME DÉVOYÉ !

Des militants à vous dégoûter du militantisme ! Si en 2011 les tunisiens ont honoré le militantisme, en 2014 ils ont rejeté le militantisme professionnel !

Article paru dans : Kapitalis

Le militantisme a eu payé !!  

Une lecture des résultats électoraux des élections législatives du 26 octobre 2014, montre que les tunisiens ont pris du recul par rapport au militantisme et n’ont pas admis que le militantisme soit en soi une raison d’obtenir des suffrages et des avantages. Ils ont compris que derrière le militantisme il fallait rechercher le projet et l’honnêteté de leur porteur. Or ils se sont vite rendu compte que certains militants de toutes sortes de causes (droits de l'homme, communisme, trotskisme, frères musulmans, panarabisme ...), avaient fini par croire que leur militantisme leur donnait des droits sur les tunisiens.

Ils osaient même revendiquer une légitimité venue du seul fait qu’ils avaient milité et que cette légitimité leur donnait des droits et pire, pour monnayer leur militantisme et obtenir des dédommagements donnant à ce militantisme une valeur marchande, démontrant par là que ce qui les avait poussé à agir ce n’était ni des convictions, ni le patriotisme mais la recherche de postes et de gains ! Ce qui a choqué à juste titre les tunisiens.

Si en 2011 les tunisiens ont cru en eux, ont salué leur militantisme et ont voté pour ceux qui avaient le plus été persécutés par le régime de ZABA, c’est qu’ils croyaient avoir affaire à des gens mus par un idéal et intègres. En trois ans de pouvoir, les tunisiens ont eu largement le temps de découvrir que leur militantisme n’était ni plus ni moins qu'un moyen pour satisfaire des ambitions personnelles et soigner leur ego. Le militantisme n'est donc plus, pour les tunisiens, un argument suffisant pour se présenter à leurs suffrages ! Ils sont prêts à honorer le militantisme mais encore faut-il que ces militants d’hier leur présentent un projet conforme à leur souhait et au bien du pays. 

Ahmed Néjib Chebbi, apparenté à Ahmed Mestiri pour qui la révolution n’a été qu'une occasion pour  se venger des destoutiens et pour solder ses comptes avec Bourguiba et ses héritiers, en est devenu la victime ! Sinon comment expliquer un parcours qui l'a mené du communisme à l'islamisme; puisqu'il est clair qu’il se compromet aujourd’hui avec Ghannouchi avec l’espoir qu'il fasse de lui le nouveau tartour en remplacement de tartour 1er ! 

Sihem Ben Sedrine, apparentée elle aussi à Ahmed Mestiri, est tombée dans son piège ... et la militante des droits de l'homme tant admirée pour ses combats, se retrouve à se compromettre avec ceux pour qui ce genre de concept comme bien d'autres, telles que démocratie ... ne sont que des "notions occidentales" dont ils se jouent parce qu'ils n'y croient pas du tout.
MMM le tartour droit-de-l'hommiste n'est qu'un crypto islamiste !

Le tartour, alias Moncef Marzougui le prétendu droit-de-l'hommiste, n'est en réalité qu'un crypto-islamiste ! Il est le plus bel exemple démontrant que le militantisme n’est souvent que le faux nez de tous autres projets. Ce droit-de-l'hommiste qui n'a eu de cesse pendant la campagne électorale de 2011 de mettre en avant ce fait comme un faire valoir ... a trahi ses électeurs et fut un traître pour la Tunisie. D'ailleurs les tunisiens ont très vite découvert sa réalité pour l'avoir surnommé tartour, manipulé par son grand frère Ghannouchi auquel il doit d'être "le premier président élu par les tunisiens", lui qui n'a été élu en tant que constituant que par seulement 7000 tunisiens ! 
Lui le prétendument défenseur des droits de l’homme, n’a pas hésité à soutenir les pires rétrogrades en les invitant au palais de Carthage, souillant de leur présence le symbole de la République et avilissant par la même occasion la fonction de président de la Tunisie, a utilisé des milices factieuses labellisées "protectrices de la révolution" (LPR), comme pour mieux narguer les tunisiens ... lui qui n'a pas participé à leur révolution !

Et que dire de la traîtrise du Groggy du perchoir, alias Mustapha Ben Jaafar militant pour l'instauration de la démocratie en Tunisie qui jurait tous ses dieux qu'il ne s'alliera jamais aux Frères musulmans; et qui après son parjure une fois allié d'Ennahdha dont l'avait rapproché Ahmed Mestiri le "démocrate" qu'un tel mariage contre nature ne semble pas déranger (vengeance, quand tu nous tiens !), jurait à nouveau qu'il sera le rempart qui veillera à ce que son grand frère Ghannouchi ne franchisse jamais la ligne jaune ! Or toutes les lignes rouges ont été franchies sans qu'il n'ait levé le petit doigt; avalant toutes les couleuvres nahdhaouies ! 
Les tunisiens lui ont fait payer cash le 26 octobre sa traîtrise sans aucun égard à son militantisme; puisque lui et son parti Etakattol ne représentent désormais plus rien sur la scène politique tunisienne !

Enfin Hamma Hammami, sans doute le plus sincère et le moins vénal (on n'a pas oublié qu’il fut le seul à avoir été scandalisé que les militants islamistes et leurs comparses "démocrates" aient le culot de demander que leur soient attribué des indemnisations pour leur prétendu militantisme !), n'a pas réalisé que le communisme est mort avec la chute du mur de Berlin. Il a fallu la clairvoyance de certains intellectuels de son parti pour lui suggérer de délaisser le label "communisme", effrayant pour les tunisiens, d'autant que Ghannouchi n'a cessé de dénoncer lors de sa campagne électorale en 2011, l'athéisme doctrinal des communistes !
Son erreur de tacticien politique est d'avoir soutenu le sit-in "Kasbah 2" et la revendication des Frères musulmans nahdhaouis pour une nouvelle constitution. 
S'il était politiquement mur, il aurait du se méfier d'une telle demande de la part des Frères musulmans dont le programme immuable est "Coran+Chariâa" ! Alors  que la constitution de 1959 était encore parfaitement efficace, moyennant le retrait des articles rajoutés sur mesure pour Ben Ali !
S'il était assez clairvoyant, il aurait  épargné aux tunisiens 3 années de galères contre l'obscurantisme sacré que tentent d'instaurer ses ex codétenus islamistes ! Il a fait montre de plus de romantisme que de véritable analyse politique.

Quant à Abderraouf Ayadi, les membres d'Ettakatol, du CPR, de Wafa, mais aussi du Jomhouri, et autres Alliance et Tayyar .... ils ont profité de leur aura de militants pour régler leurs comptes aux tunisiens qui ne leur avaient rien demandé. Leur stratégie n’a jamais été le fruit d’une réelle réflexion politique sur l’intérêt du pays mais plutôt le résultat de petits calculs politiciens sans aucune envergure. Ils ne représentent ni ne défendent aucun projet politique sérieux.
Mais ne tirons pas sur les ambulances ! D'autant que pour certains, leur cas relève plutôt de la psychiatrie !

Et depuis que les "militants" parvenus au pouvoir se sont "indemnisés" sur le dos des tunisiens, d'autres qui ont été des mercenaires au service de pays étrangers (Événements de Gafsa de 1980) ayant fomenté des coups d'état en Tunisie ... sortent aujourd'hui  de leur trou pour réclamer eux aussi leur dû aux tunisiens en tant que victimes pour avoir été jetés en prison, prenant la Tunisie pour un butin à partager entre voyous, mercenaires et pseudo militants de bas de gamme ! 

C'est pourquoi les tunisiens après avoir compris que le militantisme de beaucoup n’était qu’un moyen d’obtenir des postes et des prébendes, les ont dégagés avec fermeté. On aurait pu penser que ces fervents adeptes de la démocratie dont ils se gargarisent, se seraient inclinés et auraient compris la leçon; mais non, ils continuent à se présenter sans aucune dignité aux suffrages du peuple qui, je le pense, leur renouvellera la leçon !

Le seul qui ait conservé l’estime de nombreux tunisiens, c'est Hamma Hammami et c’est, de toute évidence, en hommage à l’honnêteté de ses convictions et de sa pratique.

Maintenant et pour ces élections présidentielles, le militantisme n’est plus une garantie. Ce qui compte de toute évidence c’est la nature du projet soutenu. Tout cela est un peu dommage car ces militants vénaux ont donné, notamment à la jeunesse une bien mauvaise image. Le militantisme est une richesse mais, évidement, à deux conditions qui ont fait défaut à nos militants professionnels
- un projet sérieux, politiquement équilibré et non une utopie ou une idéologie de la régression, 
- et aussi et surtout un désintéressement n’ayant qu’un objectif : le bien commun et non les places et les prébendes.

Lors des élections législatives, les tunisiens en rejetant les militants qui se sont saisis de leur révolution avec les résultats et le spectacle affligeant qu'ils leur ont donnés à voir, rejettent aussi dans leur majorité les idéologies qui les animent ! Échaudés, ils ne veulent plus entendre parler de ceux qui mettent en avant leur curriculum vitae de militant pour masquer leurs méconnaissances des rouages de l’Etat et des relations internationales ou pour s'en servir pour des raisons personnelles. Ils ne veulent plus entendre de discours idéologiques déconnectés du réel mais aspirent à déléguer leur souveraineté à un homme libre sachant en faire bon usage. 


Seraient-ils devenus pragmatiques ? Selon les scrutins législatifs, il faut croire que oui. 
Ce qui expliquerait leur choix pour Béji Caïd Essebsi qui les rassure par son pragmatisme. 

Rachid Barnat

P.S - 1 : Hamma Hammami du Front populaire, sur Nessama, invité par Meryem Ben Abdallah dans le cadre de sa campagne électorale :
Bel hommage à Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.
Bel hommage hommage aux femmes tunisiennes.
Un grand hommage à Radhia Nasraoui son épouse : qui l'a menacé qu'elle restera vigilante quant au respect des droits de l'homme et qu'il la trouvera sur son chemin s'il ne les respectait pas.

On sent l'honnête homme : ce qui est rare dans le paysage politique depuis que la scène politique a été envahie par beaucoup d'incompétents dont l'amateurisme fait rire les tunisiens s'il ne les faisait pas pleurer (Kassas, Abderraouf Ayadi ... et autre Soumaya Chaabane ) !!

Une locution parfaite, celle des gens de l' "intérieur" lui même étant natif de Hamma, une allocution empreinte de sincérité et des idées intéressantes de la part du candidat à la présidence, du Front populaire !
Il a mis de l'eau dans son vin ... et il a beaucoup mûri depuis le début de son militantisme en 1972 !

P.S - 2 : Jallal Saada
Le CPR passe de 26 à 4 sièges,  Ettakattol de 20 à zéro siège,  Al Jomhouri de  16 à 1 siège,  Al Aridha, devenue  Al Mahabba, de 19 à 2 sièges,  Al Masar de 4 à néant. 
Mêmes les courants Destouriens et Rcédistes qui voulaient jouer les arbitres ont été sévèrement sanctionnés. 

A tous ces acteurs de la scène politique, les électeurs semblent faire grief de plusieurs choses :
- A Ettakattol et au CPR la part de responsabilité qu’ils portent dans la cogestion calamiteuse des affaires de l’Etat et le peu de cas qu’ils ont fait, avec Harakatou al Nahdha, de la souveraineté populaire qui les a juste mandatés pour écrire, en une seule année, une nouvelle constitution …
- Aux partis de l’opposition, il est reproché des identités floues,  le manque de clarté de leurs discours politiques respectifs, un comportement de «boutiquiers» jaloux,  réfractaires à la constitution d’un grand ensemble efficace sur le plan politique et surtout électoral …
- En dehors de Nidaa Tounès, principal gagnant des dernières élections,  seuls le Front populaire et Afek Tounes ont réussi à tirer leur épingle du jeu. La clarté de leur discours électoral a trouvé un écho favorable auprès de leur électorat respectif. Il convient de souligner aussi l’émergence d’un nouveau parti populiste qui, avec 7,37 % des sièges, a réussi à faire une percée le plaçant au troisième rang.

Stupéfait ou goguenard, l’électeur tunisien assiste à ce jeu désuet ; mais, sa décision est déjà prise. Comme lors des élections législatives, il fera sans doute, dès le 23 novembre, preuve d’une maturité bien plus grande que celle d’une certaine élite politique qui tarde à grandir.

7 commentaires:

  1. CURIEUSE ATTITUDE VIS A VIS DES FRÈRES MUSULMANS !

    Lâchés de plus en plus par ceux qui les soutenaient jusque-là, dont le Qatar contraint et forcé par son frère ennemi Ibn Saoud !
    Il n' y a qu'en Tunisie que la classe politique et les journalistes continuent à les considérer comme indispensables pour la vie politique dans ce pays !

    Seraient-ils ces hommes politiques "contraints" de composer avec les "frères" à cause de la pression des EU et de l'UE qui persistent à nous faire croire à nous vendre l'islamisme "modéré" des Frères musulmans; puisqu'ils veulent faire de la Tunisie un laboratoire d'une "démocratie spéciale pour pays arabes" qui intègre les islamistes au pouvoir malgré le rejet des tunisiens pour les "Frères", maintes fois exprimé (après les assassinats politiques : Chokri Belaid, Mohamed Brahmi, Loti Naguedh ...) et tout dernièrement, lors des élections législatives !

    Pour preuve : Ennahdha aurait du avoir le même sort et le même score que ceux avec qui elle a formé la troïka qui était au pouvoir !
    Autrement comment expliquer que :
    - Ettakattol obtient 0 siège !
    - CPR obtient 1 siège
    - Et Ennahdha obtient 68 sièges ? !!

    RépondreSupprimer
  2. TARTOUR LE DÉMOCRATE !

    https://www.facebook.com/video.php?v=760357577334081&set=vb.180417055328139&type=2&theater


    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2014/11/tartour-le-democrate.html

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2013/12/mensonge-voici-ta-verite-moncef.html

    RépondreSupprimer
  3. UN MILITANT AUTHENTIQUE JUGE LES MILITANTS PROFESSIONNELS !

    Tawfik Ben BRIK :
    " Je préfère BCE avec son passé, mais qui a su évoluer et s'est montré un vrai démocrate quand il a assuré la direction du gouvernement provisoire; à un Marzougui dont le passé de militant de droit de l'homme et ses discours de démocrate sur la démocratie, sont démentis par trois années de pouvoir en tant que président provisoire.

    " MMM fait preuve d'une âme noire, rancunière, maladive qui augure d'un dictateur sanguinaire si par malheur les tunisiens le choisissaient pour les présider !

    Si Tawfik a été déçu par tartour qu'il avait bien connu, sa déception touche bien d'autres militants qui, sans pudeur, exhibent leur militantisme comme d'un faire valoir pour postuler à des hauts postes de responsabilité et veulent s'y incruster : tel l'ex-Groggy du perchoir, alias Mustapha ben Jaafar ... qui a fumé tous les cigares que ses amis offraient à Tawfik moquant le socialisme-caviar du militant MBJ !

    Par contre, il a rendu un vibrant hommage à Ali Ben Salem le président de la séance inaugurale du nouveau parlement !
    Un militant authentique, qui ne réclame rien, sinon la liberté pour TOUS !!

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2014/11/tartour-le-democrate.html

    RépondreSupprimer
  4. Adnéne MANSAR DÉNONCÉ PAR UN ANCIEN COLLÈGUE !

    Et dire que Adnéne pensait émouvoir les tunisiens sur son prétendu militantisme !!
    Décidément le CPR est un nid à faux militants, faux droit-de-l'hommistes, faux démocrates ... mais de vrais crypto-islamistes !!!

    http://www.businessnews.com.tn/details_article.php?t=520&a=51857&temp=3&lang=

    RépondreSupprimer
  5. MANDELA : UNE EXEMPLAIRE RÉCONCILIATION !

    Il n'a pas choisi de tuer le juge qui l'avait condamné,
    Il n'a pas choisi d'exploser sa voiture,
    Il ne lui a pas demandé un dédommagement, pour les 28 ans de prison,
    Il n'a pas recouru à une milice pour faire la guerre à son peuple.

    Il a choisi de le recevoir et de l'honorer !

    Il a préféré une réelle réconciliation nationale pour reconstruire son pays sur de nouvelles bases ... plutôt que de ruminer sa haine et ses rancœurs pour se venger !

    Alors que les prétendus militants tunisiens monnaient leur prétendu militantisme et considèrent la Tunisie comme un butin de guerre pour vider ses caisses et se partager les produits de leur rapine !

    RépondreSupprimer
  6. LES CAISSES DE L'ETAT SONT VIDES !
    POURQUOI ?

    Hedi Mohamed​ :
    C’est vrai que les caisses de l’Etat sont vides !
    L'Etat essaye de combler ce vide par l'augmentation des taxes parfois exorbitantes, et fait des emprunts un peu partout …

    Mais ce qui est drôle, c’est que personne ne nous explique pourquoi et comment les caisses de l'Etat ont été vidées !!

    En moins de quatre années de gouvernance par l'ex-troïka :
    - La dette de la Tunisie est passée de 30% à 52%,
    - L'inflation a augmenté aussi faisant chuter drastiquement le pouvoir d’achat du citoyen : de 40% !

    C’est surréel !!

    Un pareil écroulement ne s’est vu nulle part, surtout dans des délais records.

    Plus drôle encore : plus personne n’ose invoquer l'« héritage » de la troïka.
    Un tabou qui serait blasphématoire à l'encontre des responsables de cette banqueroute !

    Les choses se redressent un peu avec la chute du prix du pétrole sur le marché mondial, mais la balance commerciale est en recul avec plus d’importations et moins d’exportations et un tourisme moribond.

    Les salaires représentent le gros du budget de l’état : Il parait que nous sommes les premiers au monde dans ce domaine !
    Chose presque incroyable : cela a même irrité le FMI dont la directrice Christine Lagarde est venue il y a quelque temps en Tunisie.
    On connait les suites de cette "visite" : Faire des réformes immédiatement; sinon elle ferme le robinet des crédits.

    Un exemple bien connu de tout le monde mais oublié aussi par tout le monde, pour illustrer mon propos :
    - Les conséquences de l’amnistie Générale et ses suites désastreuses. La plus grande arnaque de tous les temps.
    - Des adeptes de la confrérie du diable se sont faits indemniser quatre fois aux frais de la princesse :
    1/ Une première fois, en touchant des indemnités directes en espèce.
    C’est en dizaines et centaines de millions par personne.
    Le chiffre officiel est de 1 200 milliards … mais ce n’est pas vrai : c’est beaucoup plus.
    2/ Une deuxième fois, en imposant 80 000 à 100 000 recrues à la fonction publique. C’est à dire 10-15 % du personnel de l’Etat et d’autres dans les entreprises.
    Ce qui constitue une charge supplémentaire estimée à 1 200 milliards au moins.
    La plus part d’entre eux n’ont pas abandonné leurs anciennes activités et jouissent de la double fonction; et ce dans l’impunité la plus totale !
    3/ A ces nouvelles recrues, ont été accordées généreusement des indemnisations pour ancienneté de plusieurs années de service, voire dizaines d’années ... qu’ils n’ont pas effectuées ! Rappelez-vous Moncef Ben Salem.
    J’ignore s’ils ont été payés aussi pour ces années non travaillées; mais ce qui est certain c’est que ça entre dans l’avancement professionnel.
    4/ Enfin, ces "indemnisés pour cause de militantisme" ont bénéficié aussi d'une ancienneté avec les années comptées mais non "travaillées" pour la retraite : 15-20 ans et même plus pour ces filous.
    Les conséquences dramatiques sur la caisse de retraite, ne tarderont pas à se faire sentir pour les tunisiens qui payeront pour des pseudo militants auxquels ils n'ont rien demandés !

    Cruel et criminel tout ça !
    Mais il est plus cruel et plus criminel de le cacher et de classer l’affaire !!

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.com/2013/11/les-freres-musulmans-nahdhaouis-savent.html

    RépondreSupprimer
  7. LA JUSTICE TRANSITIONNELLE, NE DOIT PAS SERVIR A BLANCHIR LES FRÈRES MUSULMANS ET LEUR TERRORISME !

    Car les Frères musulmans qui viennent raconter par le menu ce qu'ils ont subi sous Ben Ali et sous Bourguiba, ne doit pas faire oublier le POURQUOI de l'acharnement sur leur personne de la part des services de sécurité de l'Etat :

    - ils fomentaient des coups d'Etat, avec tentative d'assassinats sur la personne des présidents de la Tunisie,
    - ils diffusaient le wahhabisme, leur doctrine, dans la société tunisienne ancestralement malékite et soufite pour l'essentiel,
    - ils terrorisaient les tunisiennes pour les obliger à porter leur étendard, à savoir le foulard, le hijeb et autres voiles ...
    - ils laceraient les bras dénudés des femmes pour les obliger à le "couvrir",
    - ils vitriolaient les femmes qui refusaient de se couvrir les cheveux,
    - pour déstabiliser le pays et porter atteinte à sa principale économie qu'est le tourisme, ils plastiquaient les hôtels ... où des tunisiens innocents sont tombés, victimes de leur haine pour l'Occident,

    ... si Bourguiba et Ben Ali leur faisaient la guerre, il y avait bien une raison :
    - leur doctrine panislamiste est à l'opposé de la doctrine nationaliste qui animait ces deux présidents et nourrissait leur patriotisme pour la Tunisie !
    - ils veulent dissoudre la Tunisie dans le magma qu'ils appellent la Oumma, où les tunisiens perdraient leur identité, cette tunisianité qui les distinguent des "arabes" d'Arabie !!

    Et s'ils reprochent aux 2 présidents leur régime dictatorial, qu'ils cessent de berner les tunisiens par leur lamentations : car la dictature théologique qu'ils préparaient pour les tunisiens et BIEN PIRE !!

    S'ils ont été attendus comme le Messie par leurs sympathisant après la révolution, beaucoup ont découvert leur vrai visage et la haine qu'ils ont pour les tunisiens et pour la Tunisie : Faut-il rappeler tous les abus dont ils ont fait preuve en quelques années de pouvoir, depuis leur retour de leur exil européen ?
    - les assassinats politiques se sont multiplier : Lotfi Naghedh, Chokri Belaid, Mohammed Brahmi ...
    - les assassinats contres les force de l'ordre considérée comme "taghouth" selon leur doctrine, où des soldats des policiers, des gendarmes tombent régulièrement sous leurs balles, et souvent atrocement mutilé ...
    - ce sont eux qui font détenir à la Tunisie le triste record de premier pays exportateur de terroristes dans le monde, en recrutant, formant et expédiant des jeunes se former et combattre aux côté de Daech
    - poussant le vice, jusqu'à recruter des jeunes filles pour en faire des prostituées "halal", pour consoler leurs frères partis guerroyer pour le compte de leurs protecteurs pétromonarques dans des pays avec lesquels la Tunisie avaient de bonnes relations !
    - Et poussant l'arrogance, jusqu'à exiger des tunisiens de les indemniser pour leur militantisme, alors qu'ils ne leur avaient rien demandé !!

    Vouloirs apitoyer les tunisiens sur leur sort alors qu'ils veulent les prendre en otage pour réaliser leur néfaste projet de rayer la nation tunisienne et la faire rejoindre la oumma ...

    Et dire que Ben Sedrine, cette prétendue militante des droits de l'homme, a donné son accord à Aljazeera pour transmettre ce déballage, alors que nous savons que cette chaîne est la voix de l'émir qui soutient et instrumentalise les Frères musulmans pour la grandeur du Qatar ... ce minuscule caillou coincé entre les Ibn Saoud et l'Iran,monarchie absolue, où les droits de l'homme sont superbement ignorés !

    RépondreSupprimer