lundi 9 octobre 2017

CHIENS & CHATS CHEZ LES MUSULMANS ...

Article par dans : Agoravox
Pourquoi les turcs respectent-ils les chiens et les chats errants, les nourrissent ou du moins ne les chassent pas à coup de pied, de pierres ou de bâtons ; et que ces animaux leur rendent bien leur "tolérance" sinon leur amour pour les bêtes ; puisqu'ils n'en ont pas peur et viennent chercher spontanément une caresse, un câlin, et mangent dans leur main ; et que les commerçants et les habitants des quartiers se relayent pour les nourrir ?
Alors qu'en Tunisie, les chiens errants sont dans un état de stress permanent, apeurés, fuyant les hommes dès qu'ils les aperçoivent. Et pour cause : ils les harcèlent, les pourchassent en leur criant dessus " vas-t-en ! ", s'ils ne leur jetaient pas des pierres ou ne les menaçaient pas d'un bâton !


A quoi cela tient-il ? 


Le respect des turcs pour les chiens semble faire partie de leur nature; à moins que leurs imams les incitent à respecter les créatures d'Allah; alors que les pseudo imams qui se sont multipliés depuis l'arrivée des islamistes au pouvoir en Tunisie, incitent les tunisiens à s'en séparer et à les rejeter pour cause d'impureté !
En Turquie, les chiens errants portent tous une boucle d'identification à l'oreille, ce qui dénote une administration responsable qui en prend soin; alors qu'en Tunisie les autorités ne font rien ou pire ordonnent leur abattage à coup de fusil !
Ce que je croyais exceptionnel, s’avère une règle non écrite que les turcs appliquent spontanément pour donner à boire et à manger aux chiens et aux chats errants ; et ce, dans toutes les rues : ils mettent à leur disposition des récipients régulièrement remplis d'eau et les nourrissent de restes domestiques ou mieux encore, de croquettes que certains achètent spécialement pour eux. Souvent même, des abris leur sont aménagés par les riverains : dans les parcs, dans les rues ...
Les chiens et les chats de rue en Turquie, vivent en parfaite harmonie avec les passants : ils viennent spontanément vers qui voudra les caresser ou les nourrir. Les hommes n'ont aucune raison de les craindre et réciproquement les chiens n'ont aucune raison d'être agressifs pour s'en défendre.
Dans le quartier Besiktas, quartier "chaud", où le soir venu on n'y voit quasiment pas de "foulardées" ni de "barbus" et où la jeunesse turque vient goûter à tous les plaisirs : manger, consommer de l'alcool, fumer le narguilé, jouer au baggamon, flirter, s'enlacer et s'embrasser ... librement; faisant de ce quartier le rendez-vous de tous ceux qui en ont marre des fondamentalistes et de leur hypocrisie, totalement à l'opposé de certains quartiers populaires gagnés par la bigoterie, tel que celui de Fatih (Le Conquérant). Et bien que les ruelles soient envahies de monde, si un chien décide de dormir dans l'une d'elles, la foule des passants le contourne sans chahut pour ne pas le réveiller ni le déranger !
En bord de mer, souvent les serveurs des "restaurant à poissons", récupèrent les restes laissés par les clients, pour en donner les bons morceaux aux mouettes et aux poissons du Bosphore, leur façon de respecter la nourriture, bien fait d'Allah, qu'il ne faut pas gaspiller et dont il faut faire profiter d'autres de ses créatures, selon la sagesse soufie !
Les turcs seraient-ils plus civilisés que les tunisiens ? Pourtant les deux peuples sont dirigés par les Frères musulmans !

Ces pratiques chez les turcs, sont révélatrices d'une éducation empreinte de culture religieuse profonde et ancienne : le soufisme ! Qui lui-même, est né au fin fond de l’Afghanistan après l'arrivée de l'islam dans ces contrées d'hindouisme et de bouddhisme dont la sagesse millénaire a fécondé cette nouvelle religion. Ainsi le soufisme a apporté à l'islam la notion de compassion qui lui manquait et que l'on trouve dans le bouddhisme : l'amour et le respect des bêtes et de toutes les créatures. Ce qui se traduit par la tolérance des hommes pour autrui qu'il soit : homme, chien, chat, oiseau ...
Voilà comment l'islam s'est humanisé au contact de la sagesse extrême orientale. Ce que les fondateurs de l'empire ottoman ont très vite compris ; puisqu'ils vont adopter le soufisme comme religion d'Etat et permettre par son biais la coexistence pacifique des peuples et des différentes ethnies et cultures qui les composent ! Les turcs sont profondément marqués par leur culture ancestrale soufie qui est amour pour toutes les créatures d'Allah et qui fait qu'ils résistent au wahhabisme des Frères musulmans; contrairement aux tunisiens qui semblent s'y engouffrer sans discernement, oublieux de leur malékisme ancestral et du soufisme qui ont pourtant façonné leur identité tunisienne ! 
Ce qui explique que les animaux, et particulièrement les chiens, soient moins bien traités en Tunisie que ne le sont leurs congénères turques. Est-ce parceque le soufisme est arrivé tardivement en Tunisie avec la colonisation turque ?

Ce qui est certain, est que le soufisme ancestral des turcs fait qu'ils résistent mieux à la pénétration du wahhabisme que tentent de diffuser les Frères musulmans depuis 2002, date de leur accession au pouvoir; contrairement aux tunisiens qui délaissent soufisme et malékisme pour tomber dans l'obscurantisme par ignorance mais surtout par bêtise !
Pour preuve, les mausolées que condamne le wahhabisme, sont préservés et entretenus dans tous les quartiers et dans l'enceinte des mosquées en Turquie, alors que les Frères musulmans en Tunisie s'en prennent aux saints et détruisent leurs mausolées ! Ce que Erdogan et ses Frères n'osent faire en Turquie, de peur de se mettre à dos une population qui les vénère ou du moins les considère faisant partie intégrante de leur patrimoine culturel, Ghannouchi et ses hommes l'ont fait en Tunisie !

En tous les cas, l'islam ne peut être une religion humaniste sans le respect de toutes les créatures d'Allah, chiens compris.

Rachid Barnat


Abdelwahab Meddeb disait : 

Malgré toutes ces licences que les docteurs de la loi condamnent, dans les pays d’islam, le soufisme a depuis toujours joué un rôle pratique, de structuration sociale, par la transmission d’une morale digne qui ouvre sur la métaphysique, sur l’envol de l’esprit sans pourtant dénouer le lien social. Le moteur en est l’éthique du don et de l’altérité."
Plus encore, les maîtres du soufisme ont la certitude que la pluralité des croyances est un bienfait pour l’expérience intérieure ; il est fécond de butiner dans la roseraie de la sagesse, qu’elle que soit l’origine de ses fleurs. 

" Ainsi, Ibn Arabî écrit-il dans un de ses fameux poèmes que son cœur est capable d’accueillir toutes les formes de foi, qu’il est temple païen, couvent chrétien, tabernacle pour rouleau de Torah, codex pour feuillets de Coran, que sa religion est celle de l’amour et qu’il va où que mènent ses cortèges.

5 commentaires:

  1. RACHID BEN OTHMAN :

    Prison ferme pour un couple pour un baiser –
    La Tunisie devient-elle invivable ?

    https://ldlltunisia.wordpress.com/2017/10/05/prison-ferme-contre-un-couple-pour-un-baiser-la-tunisie-devient-invivable/

    RépondreSupprimer
  2. MOSQUÉE DE L'IMAM TURC MUSTAFA EFE EST OUVERTE EN PERMANENCE AUX CHATS ERRANTS D'ISTANBUL

    Jean Pierre Ryf :

    Selon Aziz Mahmud Hüdayi à Üsküdar à Istanbul Efe accueille les chats errants, en particulier pendant la saison hivernale. Dans un effort pour expliquer sa décision, Efe a dit: "C'est quelque chose que tout musulman devrait faire."

    " Cette mosquée a une banque alimentaire pour les pauvres mais une partie de cette nourriture est distribuée à ces chats ", a déclaré Efe, ajoutant que les fidèles ont également aidé à prendre soin des félins errants.

    En fait, cette harmonie est en place depuis longtemps; les chats et les fidèles ne se dérangent pas et apprécient même la compagnie des autres.

    " Les chats ont toujours fait partie de cette communauté", a déclaré Efe, qui a rejoint les classes religieuses de la mosquée en 1990. Une partie de la raison de la loyauté des animaux notoirement libres d'esprit pourrait être qu'ils ont été nourris et abrités par la mosquée.

    RépondreSupprimer
  3. LES ANIMAUX DANS LE MONOTHÉISME ...

    Si St François d'Assise a eu l'intelligence d'intégrer au christianisme certaines croyances animistes, dont le respect des animaux, de la nature ... qu'il considère comme création de dieu digne de respect tout autant que l'homme; les soufis eux, ont apporté à l'islam la notion de compassion pour les animaux !

    RépondreSupprimer
  4. ISTANBUL, OU LA VILLE RÊVÉE DES CHATS,

    Film sur Arte :

    https://www.arte.tv/sites/coupsdecoeur/2017/12/19/istanbul-ville-revee-chats/

    Je confirme moi aussi avoir vu les chats et les chiens errants d’Istanbul, bien traités par les istanbulites; contrairement aux tunisiens qui maltraitent les chiens en général et errants en particulier !

    RépondreSupprimer
  5. LE WAHHABISME COMMENCERAIT-IL A S'EN PRENDRE AUX CHIENS EN TURQUIE ... COMME EN TUNISIE ?

    Puisque même Erdogan rappelle que " protéger les animaux n’est pas seulement un devoir, mais une obligation de notre foi, de notre humanité ".

    Et quelle sera la réponse au problème des chiens errants de la part des maires nouvellement élus, puisqu'il concerne les communes et relève de la couleur politique du maire ? Progressiste ou obscurantiste : on verra.

    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/lelection-presidentielle-en-turquie-bousculee-par-le-sort-tragique-dun-chiot_mg_5b27d2c0e4b0f9178a9fa6c7

    RépondreSupprimer