mercredi 9 mars 2016

Quand les tunisiens découvrent le pouvoir de nuisance d'Aljazeera, voix de son maître !

Aljazeera surfant sur le mécontentement des peuples dits arabo-musulmans de leur médias nationaux, a cru pouvoir les manipuler au point de déclencher des "révolutions" pour chasser leurs tyrans; mais très vite le pot aux roses est découvert par ces peuples en "révolte" : que la chaîne n'est au fait que la voix de son maître l'émir du Qatar, au service de sa politique "arabe", qui n'a pour but que de chasser les présidents des Républiques qui ne lui conviennent pas pour les remplacer par ses protégés les Frères musulmans !
R.B
Résultat de recherche d'images pour "mezri haddad"
Mezri Haddad

Qu’avez-vous donc contre Al-Jazeera ?

A l’exception de Borhane Bsaïes qui, pour avoir autrefois ferraillé contre Al-Jazeera, a toute la légitimité de la dénoncer aujourd’hui, et de quelques rares autres Tunisiens qui ont affronté la propagande de cette entité intégriste, j’entends des voix s’élever contre la chaîne qatarie et je lis des déclarations exigeant des autorités la fermeture de ses bureaux et l’expulsion de ses correspondants. Voilà une bien curieuse façon de remercier son libérateur, un drôle de renversement dans les relations de maître à esclave, pour rappeler la dialectique hégélienne.

Le journaliste Zied el-Héni, qui fut, comme beaucoup d’autres, l’un des acteurs vedettes de cette chaîne au moment du grand film de la révolution bouazizienne, que mes compatriotes appellent désormais la « révolution de la brouette », a écrit hier sur sa page facebook que « la fermeture de la chaîne Al-Jazeera est devenue une question de sécurité nationale, et le pire est à craindre ». Tiens donc !

Même le secrétaire général adjoint de la vénérable UGTT, Belgacem Ayari, s’est interrogé « Que fait Al-Jazeera à Ben Guerdane ? » Et de répondre : « Elle communique des informations sécuritaires aux terroristes et aux cellules dormantes. Il faut renvoyer Al-Jazeera immédiatement, car notre sécurité nationale et la vie de notre peuple sont plus précieuses que toutes les libertés ». Ah bon !

Que fait Al-Jazeera à Ben Guerdane ? Allons Monsieur le syndicaliste-révolutionnaire, vous savez très bien qu’elle fait son travail avec la même « objectivité » et le même « professionnalisme » qu’en décembre 2010-janvier 2011, lorsqu’elle ne savait plus compter le nombre de ses « analystes » prolixes, notamment les mercenaires de l’UGTT, et de ses « correspondants » volontaires, dont certains bloggeurs que j’ai appelé les cyber-collabos.

En janvier 2011, « analystes », « correspondants volontaires », « journalistes citoyens », « témoins oculaires », « facebookers engagés »  se relayaient entre Al-Jazeera et France 24 pour galvaniser les hordes et appeler au secours les pays ennemis. Objectif affiché et reconnu : la déstabilisation de la Tunisie.

Que fait Al-Jazeera à Ben Guerdane, s’interroge le nobélisé par procuration ? Elle fait, avec la même « conscience » déontologique ce qu’elle faisait le 17 décembre 2010, lorsque, « informée » par un syndicaliste de Sidi Bouzid et par une cyber-collabos « témoin oculaire », elle a transformé un nervi alcoolique en Bac+4, giflé par une policière parce qu’il voulait gagner sa vie à la sueur de son front. Pour les besoins de la cause islamo-atlantiste, le nervi en question ne s’appelait plus Tarek mais Mohamed Bouazizi ! De là à le sanctifier, le pas a été vite franchi par Hélé Béji, dans son article du Monde intitulé « Saint Bouazizi » !
  
Al-Jazeera fait, avec la même « objectivité » ce qu’elle faisait le 2 janvier 2011, lorsqu’elle a diffusé un « document » sur le sort des mosquées sous le régime de Ben Ali. Située entre Hammamet et Bouficha, la mosquée filmée par un « correspondant volontaire » était en fait un chantier inachevé. Parce que le message des profanations des mosquées devait marquer les esprits bigots, Al-Jazeera a passé un autre film de propagande islamiste sur une autre mosquée, celle du campus universitaire de Tunis. Fermée en juillet 2002 par le ministère de l’Enseignement supérieur, parce qu’elle était devenue un repère pour les étudiants intégristes, cette mosquée s’est transformée en lieu de beuverie pour les étudiants alcolo-gauchistes !

Al-Jazeera fait à Ben Guerdane ce qu’elle a fait le 14 janvier 2011 pour couvrir la manifestation « historique » d’une UGTT réactivée par l’ambassade des Etats-Unis à Tunis, après une hibernation de 23 ans. C’était quelques minutes avant le départ forcé de Ben Ali vers l’Arabie Saoudite, et quelques heures avant le message très émouvant et passé en boucle par Al-Jazeera, d’un certain Nasser Laouini, l’avocassier hyper-révolutionnaire et l’auteur du script américano-qatari, « Ben Ali Hrab » (بن علي هرب ). Ce soir là, le 14 janvier 2011, Al-Jazeera diffusait son premier direct à partir de l'hôtel L'Africa, à quelques mètres du ministère de l'Intérieur ! Un symbole naissait, un autre, celui de l'honneur et de la Souveraineté, disparaissait.

Al-Jazeera fait à Ben Guerdane ce qu’elle a fait à Alger dès 1998 pour déstabiliser l’Algérie, alors en butte à la barbarie du FIS et du GIA, et dès 2003 à Baghdâd pour anéantir Saddam Hussein ; elle fait ce qu’elle a fait dès 2009 pour la partition du Soudan,  ce qu’elle a fait en 2011 à Benghazi, à Tripoli, au Caire, à Deraa, à Homs, à Sanaa…Et des exemples de manipulations et d’intoxications, je pourrai vous en citer des centaines.

Al-Jazeera fait ce que son propriétaire, l’émir bédouin du Qatar, lui demande de faire et que ses maîtres américains et britanniques lui ordonnent d’exécuter selon un agenda conforme aux intérêts géopolitiques et économiques des Etats-Unis, et compatible avec les « valeurs » de l’islam, c’est-à-dire les ambitions « très nobles » des Frères musulmans.

Qu’avez-vous donc, mes chers compatriotes, à vous soulever contre vos libérateurs ? Ou bien vous avez la mémoire courte, ou bien vous êtes d’une ingratitude incommensurable et qui n’a d’égale que votre patriotisme oscillant. Qu’est-ce qui vous irrite chez Al-Jazeera ? Sa couverture des événements de Ben Guerdane hier, qualifiant, comme elle l’a toujours fait, les jihadistes de « ceux qu’on appelle terroristes » ( ما يسمى بالإرهاب ) ou des « individus armés » (  عناصر مسلحة) ? Ou le post sur sa page facebook d’une journaleuse « liftée » au Botox et gavée aux dollars, une certaine Fatima Triki, qui n’a pas supporté de voir les cadavres de ses frères en secte aux pieds de nos braves soldats ?

Les Mohamed Krichene, Habib Ghribi, Leila Chaïbi…, qu’ont-ils donc de si différent avec cette Fatima Triki ? Ont-ils été plus honnêtes, plus « patriotes » ou plus cléments à l’égard de leur pays ? Ont-ils suivi l’exemple courageux de leurs ex-collègues, Ghassan Ben Jeddou et Sami Kleib, qui ont quitté Al-Jazeera pour Al-Mayadine, sans parler de Louna al-Chabi, Eman Ayad…, tous ces journalistes qui ont préféré la vérité au mensonge et l’honneur à l’avilissement ?

Les sbires du Qatar qui s’accrochent plus à leur salaire qu’à leur honneur, et encore moins à leur patrie, ignorent-ils toujours qu’Al-Jazeera n‘est plus islamiste « modéré » comme elle l'a toujours été depuis sa naissance incestueuse en 1996, mais carrément daéchienne, et c’est une ex-collègue à eux qui l’affirme ? Virée comme une malpropre après vingt ans de bons et loyaux services, l’égyptienne Howaida Taha a publié le 14 septembre 2015 une longue lettre dans laquelle elle se disait « fière d’avoir travaillé pour cette première Al-Jazeera dans laquelle l’esprit daéchien était discret », ce qui n’est plus le cas - selon elle - depuis l’arrivée de son nouveau directeur !

Chers compatriotes, votre patriotisme de circonstance vous va si mal que la plupart d’entre vous sont abonnés chez « Ooredoo », l’opérateur téléphonique qatari dont certains sites d’information font la promotion. Commencez donc par vous désabonner, et « indignez-vous » par la suite, comme disait Stéphane Hessel. Vous êtes, il est vrai, de moins en moins à regarder Al-Jazeera, qui n’avait pas une influence médiatique sur vous mais un pouvoir hypnotique ; c’était votre seconde Kibla après la Mecque. Mais vous êtes encore suffisamment nombreux, comparés aux Égyptiens et aux Algériens qui ne regardent plus la chaîne de Hamad et Mozza.
   
Commencer par cet acte symbolique et citoyen, c’est ce que j’attends des patriotes sincères. Quant à mes attentes du gouvernement actuel, ce serait trop lui demander d’expulser l’ambassadeur du Qatar au pays du jasmin et de rappeler l’ambassadeur de Syrie en Tunisie. Pour ce faire, on attendra encore l’inexorable résurrection du nationalisme bourguibien, à l’instar du réveil nassérien en Egypte.

Tôt ou tard, cela arrivera car c’est écrit, pas par la main d’Allah qui ne s’occupe pas de politique, mais par le sang d’un peuple qui se souviendra un jour qu’il fut libre, digne et souverain. 


Paix et miséricorde pour tous les civils, Tunisiens et touristes étrangers qui ont été tué par les islamo-fascistes ; gloire à nos soldats et à nos policiers tombés au champ d’honneur… de janvier 2011 à ce jour.





1 commentaire:

  1. ALJAZEERA : Voix de "l'islam politique", autrement dit du fascisme vert.

    Yasser Abou Hilala, patron d’Al-Jazeera et « salafiste jihadiste »

    Il faut exiger la fermeture de cette chaîne en Tunisie et l'expulsion de ses journalistes-espions.

    http://www.tunisie-secret.com/Exclusif-Yasser-Abou-Hilala-patron-d-Al-Jazeera-et-salafiste-djihadiste-videos-_a1554.html

    RépondreSupprimer