mardi 25 juillet 2017

Le tourisme tunisien va mal

LE TOURISME TUNISIEN EST MALADE DE SES HÔTELIERS !
Curieux ces hôteliers qui cherchent leurs clients avec un fusil !

Depuis que les Frères musulmans détiennent le vrai pouvoir en Tunisie, le tourisme est en berne. Ils ont tout fait pour détruire l’industrie touristique, jugée dépravante pour la jeunesse tunisienne. Ils préfèrent un tourisme "halal"  et comptaient sur les arabes des pétromonarchies pour le développer ... ceux-là même qui préfèrent l'Occident tant décrié, pour leurs vacances; pour y jouir des libertés individuelles qu'ils n'ont pas chez eux ! D'autant que la Tunisie depuis le début, a opté pour un tourisme de masse bradant nos plus belles plages et défigurant nos plus beaux sites naturels par une politique sur le court terme; mais n'a pas su négocier le virage pour une politique sur le long terme d'un tourisme haut de gamme et de luxe. 
Le terrorisme, leur arme dissuasive, a fini par tuer ce qu’il en reste.

Et le plus curieux, ce sont les employés des hôtels qui votent massivement pour les islamistes, puis se plaignent du chômage ou du manque d’activité. Bêtement ils ont coupé la branche sur laquelle ils étaient assis. Et ils veulent le beurre et l’argent du beurre !

Pourtant les tunisiens, et depuis quelques années les algériens, veulent par solidarité, les aider. Mal leur en a pris : souvent ils sont mal reçus, voir mal traités !
R.B
L’image contient peut-être : 1 personne

Requiem pour des vacances ratées

En rentrant de Sousse hier après un séjour écourté contre mon gré, je pensais avec tristesse à ce beau gâchis qu’est le tourisme Tunisien, un énorme potentiel massacré à coup d’incompétence et d’erreurs récurrentes, frisant la mauvaise foi.

La mésaventure vécue par mon mari et moi à l’hôtel Kantaoui bay Steingerberger aurait pu arriver à n’importe qui. Je vais vous la raconter car elle m’a laissée un goût amer et quelque chose en travers de la gorge que je ne peux ni occulter ni passer sous silence.

Ma quête était simple, et les choses auraient pu se passer autrement sauf qu’il n’en était rien. Je voulais prendre deux jours pour me reposer et me baigner, rien d’extravagant jusque-là. Mon mari a réservé dans l’hôtel Kantaoui bay Steigenberger. J’ai fait une petite recherche sur le net (chat échaudé craint l’eau froide) et j’ai compris que c’était l’ex Impérial rénové, j’avais quelques réserves car je ne voulais pas être dans un endroit où il y a eu un massacre. Mais mon mari m’a dit que c’était un acte de résistance contre le terrorisme et qu’il fallait tout faire pour encourager l’équipe de cet hôtel. Il m’a convaincue et nous voilà armés de livres, de beaucoup de musique et de crème solaire pour profiter d’une mer sublime.

Au moment de dîner, mon mari a été empêché d’entrer au restaurant de l’hôtel (le self-service) d’une manière assez grossière ; sous prétexte qu’il portait un short, lequel short est un Bermuda lui arrivant aux genoux. Je précise bien que c’est un short en toile et non un maillot de bain et sa tenue était plus que correcte. Dans le même restaurant, des touristes portaient des shorts aussi courts que des culottes et personne ne les a inquiétés.

Face à cette flagrante injustice raciste et discriminatoire, on nous a informés que c’était le règlement ! Or aucune communication n’a été faite sur ce point. Cette information est capitale et nous aurait conduit à choisir un autre hôtel, sachant qu’on voulait être décontractés et que le restaurant qui servait une nourriture des plus ordinaires et insipides dont seuls nos hôtels ont le secret, n’a aucune classe particulière et qu’il s’apparente plus à un réfectoire ou à une cantine.

Nous avons refusé de nous soumettre à cet ordre et nous avons quand même rejoint ledit restaurant, pas sans avoir demandé que tous ceux qui étaient habillés en shorts devaient sortir. On nous a dit que pour les femmes c’était différent !
Nous avons eu droit à un sous-directeur pas très charismatique, ainsi qu’à la police touristique qui n’a pas perdu de temps et s’est déplacée illico presto pour résoudre « l’affaire du short ». Bien sûr ayant affaire à deux avocats qui ont bien argumenté leur position, ils ont dû partir sans donner de suite.
Et bien sûr j’ai su que mes vacances étaient gâchées parce que nous n’avions pas prévu un smoking pour rejoindre leur fameux RITZ et son chef étoilé.

On s’est calmé et on a quitté l’hôtel pour dîner ailleurs, au restaurant Le Golf, nettement plus prestigieux que le self de l’hôtel Steigenberger. Et curieusement au Golf on a été accueillis et servis sans aucune remarque désobligeante sur la tenue « incriminée ».

Sauf que les choses ne se sont pas arrêtées là. Le lendemain, un ami français et sa femme ont été empêchés d'entrer à notre hôtel (on devait déjeuner ensemble), sous prétexte que le client en question, en l’occurrence mon mari, est « puni » suite à l’incident d’hier. Notre ami était étonné et leur a dit que cela ne le regardait pas et qu’on n’avait pas à lui raconter cette histoire.

Nos amis qui contrairement aux touristes all inclusive qui consomment et déjeunent sur place, ont dû partir ; puisque la maison préfère le tourisme bas de gamme où on fait la queue pour boire un verre d’eau …
Forcément et vu la tournure qu’ont pris les choses, on a dû quitter l’hôtel parce que les choses étaient devenues insupportables et qu’on avait l’impression d’être carrément indésirables.

C’est vrai qu’au Kantaoui bay Steigenberger le marbre côtoie l’ébène mais il ne suffit pas de remplir le cahier des charges d’un 5 étoiles pour mériter le classement !
Un 5 étoiles c’est avant tout un service de qualité pour assurer le bien-être et le repos du client, mais là où on devrait être aux petits soins pour vous, on vous transmet le message que vous n’êtes pas le bienvenu. Sans le dire, ils vous font comprendre qu’ils n’ont que faire des Tunisiens dans leur établissement ! 
La prétention d’un palace sans les moyens, c’est prétentieux et c’est petit. 

On a contacté la direction générale en Tunisie ainsi que la chaîne allemande Steigenberger. On n’a eu droit à aucun mot d’excuse, aucune réponse. On a compris qu’une mauvaise publicité auprès des Tunisiens ne les inquiétait pas plus que ça.

Forcément avec cette attitude, on ne se relèvera jamais. Tous les ans les Tunisiens sont victimes d'ostracisme et de « maltraitance » insidieuse de la part de bon nombre d’hôteliers ; où on nous fait payer le prix fort pour un service des plus médiocres.

L’état actuel du tourisme n’est pas seulement la conséquence du terrorisme que connaît le pays depuis l’arrivée au pouvoir des islamistes ; il est aussi la résultante d’un autre terrorisme plus pernicieux celui-là : celui de l’incompétence, celui du manque de professionnalisme, celui de l’absence de formation. Car on ne s’improvise pas hôtelier : c’est un savoir-faire à part entière où on allie diplomatie et bienveillance.
Chez nous c’est l’alternance de l’arrogance et de l’amateurisme … et ça coûte très cher en plus au client tunisien, et pays qui mise beaucoup sur le tourisme !

6 commentaires:

  1. Merci un bilan réel de la situation catastrophique du tourisme à la Tunisienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les hôteliers votent pour les islamistes;oh ,mon dieu!

      Supprimer
  2. Je suis content d'acceder à votre blog et d'avoir lu votre article dont une copie devrait être envoyée à la ministre du tourisme"on ne s’improvise pas hôtelier : c’est un savoir-faire à part entière où on allie diplomatie et bienveillance".Cela résume tout.
    PS: j'ai aussi un blog ( révolutions arabes ) et de nombreux articles y figurent mais l’accès à ce blog semble difficile pour les tiers.Techniquement que faire?

    RépondreSupprimer
  3. LES FRÈRES MUSULMANS FONT TOUT POUR LIMITER LES LIBERTÉS DES TUNISIENNES !

    Un exemple ? En voilà une tracasserie administrative nouvelle pondue par les islamistes au pouvoir, à leur encontre :

    Emna Dakhlaoui :

    Mes amis fbkers, je cherche à me marier !
    Très urgent !

    J'accepte de me marier avec qui est libre de suite.
    J'offre en échange des papiers Schengen ...

    Pourquoi cela urge-t-il ? Parce qu'en arrivant à l'hôtel, avec mon fils à Hammamet, on m'a demande mon contrat de mariage !

    Je me suis énervée, et j'ai commencé à crier : " C'est mon fils " !

    - Ils m'ont dit : " Vous ne portez pas le même nom.
    - J'ai dit : " Oui, il porte le nom de son père, comme moi je porte celui de mon père ".
    - Comprends pas ?
    - Qu'est ce que tu comprends pas ... et ces russes là, vous leur avez demandé leur contrat de mariage ? Non ?
    - Ils ne sont pas musulmans.

    Agacée mais néanmoins décidée à ne pas me laisser faire, je lui mets sous le nez mon passeport européen, et lui confirme être musulmane.

    - C'est la première fois qu'on me demande pareille chose. Même au Maroc pays de tourisme par excellence, on ne m'a jamais demandé mon contrat de mariage !
    - Pardon. Ce n'est pas votre faute. Ce sont juste de nouvelles directives administratives.

    Qu'est ce que c'est ces façon d'emmerder le monde !

    MERDE, LAISSEZ LES JEUNES LIBRES DE VIVRE LEUR VIE !!

    RépondreSupprimer
  4. L'ALHAMBRA HOTEL - HAMMAMET SUD : Un hôtel qui affiche 5 étoiles !

    Une amie a réservé au restaurant "Al Mansour," l'un des restaurants de l'hôtel, spécialisé en cuisine marocaine !
    Elle se léchait les babines rien qu'en voyant le décor de l'hôtel conçu dans un style Andalous évoquant tout à la fois, le Maroc et Grenade : tout un programme !!

    Elle est déçue et furieuse de s'être faite arnaquer :

    - le serveur refuse de lui présenter la carte du menu bien qu'elle soit en vitrine pour appâter les passants; et lui impose un menu unique servi aux touristes de l'hôtel.
    - elle réalise après coup qu'elle était dans une cantine et non dans un restaurant grand standing,
    - la déco en contre plaqué et les lumières lugubres, donnent l'impression de dîner dans un décor de cinéma de série B,
    - parlons-en de la cuisine marocaine de ce restaurant :
    ° une soupe fade,
    ° une pastilla chauffée au micro-ondes vue la mollesse de la pâte à brik, donnant habituellement son croustillant à ce plat traditionnel,
    ° un tajine de bœuf, qui n'est qu'un vulgaire bœuf au curry, où nagent des morceaux de bœuf dont la moitié sont dans le gras,
    ° dessert unique pour tous : une assiette avec un assortiment de fruit de saison (pastèque, raisin, pêche et poire).
    - et le comble, le serveur a le culot de lui facturer ce menu infecte à 50 dt par personne, hors boissons !

    En partant, elle a dit au réceptionniste de revoir à la baisse les prétendues 5 étoiles de l'hôtel.
    Elle a dénoncé l'arnaque et déplore les prétentions de luxe de l'Alhambra, quand son restaurant "phare" se fout du monde en présentant une cuisine innommable !
    Elle regrette de tels abus qui finiront par porter préjudice à la filière hôtelière toute entière.

    Elle se pose la question de savoir qui attribue le nombre d'étoiles et selon quels critères, car il y va de la crédibilité de toute l'industrie touristique !

    RépondreSupprimer