samedi 20 juillet 2013

"L'islam n'a RIEN APPORTE à l'humanité : c'est un poids mort qui pèse sur elle"

L'islam se meurt, par la faute de ceux-la mêmes qui prétendent le défendre : les islamistes.
Et c'est un universitaire égyptien, ex-Frère musulman qui le dit et qui prédit l’effondrement du monde musulman. Il sait de quoi il parle, pour avoir vécu de l'intérieur la secte, dont les "Frères" veulent sa peau depuis qu'il l'a quittée et ouvert les yeux sur l'islam wahhabite qu'ils diffusent. 
Il tente de comprendre par lui-même l'islam, en étudiant l'histoire de cette religion et ses sources : coran & hadiths ! 
R.B

 Afficher l'image d'origine

Abdel el Samad avait prédit, avant le déclenchement des révolutions arabes, l'effondrement du monde musulman sous le poids d'un islam incapable de prendre le virage de la modernité, et l'immigration massive vers l'Occident qui s'en suivrait.
L'Occident a intérêt à soutenir les forces laïques et démocratiques dans le monde musulman. Et chez nous, il faut encourager la critique de l'islam au lieu de la réprimer sous prétexte de discours de haine.

En apaisant les islamistes et en accommodant leurs demandes obscurantistes dans nos institutions, on ne fait que retarder un processus qui serait salutaire pour les musulmans eux-mêmes, et pour l'humanité. 

L’auteur ne ménage pas ses critiques à l’égard des musulmans : « Ils ne cessent de se vanter d’avoir transmis la civilisation grecque et romaine aux Occidentaux, mais s’ils étaient vraiment porteurs de cette civilisation pourquoi ne l’ont-ils pas préservée, valorisée et enrichie afin d’en tirer le meilleur profit ? »

Et il pousse le questionnement d’un cran : « Pourquoi les diverses cultures contemporaines se fécondent mutuellement et s’épanouissent tout en se faisant concurrence, alors que la culture islamique demeure pétrifiée et hermétiquement fermée à la culture occidentale qu’elle qualifie et accuse d’être infidèle ? »
Et il ajoute : « Le caractère infidèle de la civilisation occidentale n’empêche pas les musulmans de jouir de ses réalisations et de ses produits, particulièrement dans les domaines scientifiques, technologiques et médicaux. Ils en jouissent sans réaliser qu’ils ont raté le train de la modernité lequel est opéré et conduit par les infidèles sans contribution aucune des musulmans, au point que ces derniers sont devenus un poids mort pour l’Occident et pour l’humanité entière. »   

L’auteur constate l’impossibilité de réformer l’islam tant que la critique du coran, de ses concepts, de ses principes et de son enseignement demeure tabous ; cet état de fait empêche tout progrès, stérilise la pensée et paralyse toute initiative.

S’attaquant indirectement au coran, l’auteur se demande à quels changements profonds peut-on s’attendre de la part de populations qui sacralisent des textes figés et stériles et qui continuent de croire qu’ils sont valables pour tous les temps et tous les lieux.

Ce blocage n’empêche pas les leaders religieux de répéter avec vantardise et arrogance que les musulmans sont le meilleur de l’humanité, que les non-musulmans sont méprisables et ne méritent pas de vivre !

L’ampleur de la schizophrénie qui affecte l’oumma islamique est remarquable.

L’auteur s’interroge : « Comment l’élite éclairée dans le monde islamique et arabe saura-t-elle affronter cette réalité ? Malgré le pessimisme qui sévit parmi les penseurs musulmans libéraux, ceux-ci conservent une lueur d’espoir qui les autorise à réclamer qu’une autocritique se fasse dans un premier temps avec franchise, loin du mensonge, de l’hypocrisie, de la dissimulation et de l’orgueil mal placé. »

Cet effort doit être accompagné de la volonté de se réconcilier avec les autres en reconnaissant et respectant leur supériorité sur le plan civilisationnel et leurs contributions sur les plans scientifiques et technologiques.

Le monde islamique doit prendre conscience de sa faiblesse et doit rechercher les causes de son arriération, de son échec et de sa misère en toute franchise afin de trouver un remède à ses maux.

Le professeur Abd el Samad ne perçoit aucune solution magique à la situation de l’Oumma islamique tant que celle-ci restera attachée à la chariaa qui asservit, stérilise les esprits, divise le monde entre croyants musulmans et infidèles non-musulmans ; entre "dar el islam" et "dar el harb" (les pays islamiques et les pays à conquérir).

L’auteur croit qu’il est impossible pour l’oumma islamique de progresser et d’innover avant qu’elle ne se libère de ses démons, de ses complexes, de ses interdits et avant qu’elle ne transforme l’islam en religion purement spirituelle invitant ses adeptes à une relation personnelle avec le créateur sans interférence de la part de quiconque; fusse un prophète, un individu, une institution ou une mafia religieuse dans sa pratique de la religion ou dans sa vie quotidienne.

29 commentaires:

  1. ADONIS, poète et philosophe syrien, prédit la fin de l'islam et du monde arabe par la faute de ceux qui aujourd'hui par leur doctrine obscurantiste, pensent le pérenniser et le développer. Sans les nommer, il parle des islamistes et des frères musulmans !

    NB : Adonis est le pseudonyme d'Ali Ahmed Saïd Esber, poète et critique littéraire syrien.
    Son pseudonyme se réfère au dieu d'origine phénicienne, symbole du renouveau cyclique.

    http://www.youtube.com/watch?v=rykF9i1knP0

    RépondreSupprimer
  2. Une longue, très longe décadence ! Déja au XIVe siècle, de Grenade, dernière enclave musulmane en terre espagnole, Ibn Kaldûn était aux premières loges pour observer le déclin irrésistible de la civilisation arabo-islamique, au profit de sa rivale chaque jour plus puissante, la civilisation chrétienne occidentale. Il dresse ce constat :« On dépense au-delà des traitements, le revenu devient insuffisant, les pauvres meurent d'indigence, les riches dilapident leurs émoluments en dépenses de luxe, et cet état de choses empire de génération en génération, jusqu'à ce que les traitements deviennent insuffisants. On commence alors à sentir les affres du besoin. Comme les besoins du gouvernement se multiplient, les impôts s'élèvent et pèsent lourdement sur le peuple. S'attaquer aux hommes en s'emparant de leur argent, c'est leur ôter la volonté de travailler pour acquérir davantage, car ils voient qu'à la fin on ne leur laisse plus rien. Le désordre se met dans les affaires, et les hommes se dispersent pour aller chercher dans d'autres pays les moyens d'existence qu'ils ne trouvent plus dans le leur. La population de l'empire diminue, les villages restent sans habitants, les villes tombent en ruines. »

    RépondreSupprimer
  3. (Dynastie, Monarchie, Califat...) Pas de civilisation sans politique. On a déja vu plusieurs fois la nécessité absolue d'une organisation sociale (ijtimâ) entre les hommes. La civilisation (umrân) ne signifie pas autre chose. Toute société doit avoir un modérateur (wâzi), qui gouverne et qui constitue son recours. Parfois l'autorité (supérieure) repose sur la loi d'une religion révélée. Le peuple doit s'y soumettre parcequ'il croit qu'il en sera récompensé ou puni dans l'Autre Monde, comme son législateur le lui a prédit. Parfois, le pouvoir n'est qu'une politique rationnelle (siyâsa aqliyya). Dans ce cas, il est, il est obéi dans l'espoir d être récompensé par lui, quand il aura appris ce qui est bon pour ses sujets.
    Le premier système est bon pour ce monde et pour l'autre, puisque le législateur connait les fins dernières de son peuple et s'occupe du salut éternel de l'homme. Le second système n'est bon que pour ce monde. On ne traitera pas ici de la politique dite de "la cité parfaite"(siyâsa madaniyya). Les philosophes entendent, par ces mots, la société humaine dont les membres ont de telles dispositions naturelles qi'ils peuvent se passer de gouvernement. C'est ce qu'ils appellent la cité idéale (al madînat al-fâdila. Ce régime s'appelle " la politique utopique"(syâssa madaniyya. Il ne s'agit pas du régime que se donnent les membres d'une société avec des lois destinées au bien public. C'est tout autre chose. La "cité parfaite" (des philosophes) est une rareté: ils n'en parlent que comme d'une simple hypothèque (fard) d'une pure supposition (taqdîr)"
    IBN KHALDÛN in Al-Muqaddima Discours sur l'histoire universelle p469-470 Traduit de l'arabe, par Vincent Monteil éditions Thesaurus Sinbad

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. La révolution industrielle a pratiquement contourné l'ensemble du monde musulman, comme s'ils n'existaient pas. Si ce n'est pas pour le cas de la découverte du pétrole par des scientifiques américains et britanniques et de la technologie avancée du forage de pétrole provenant des Cultures occidentales, les musulmans ne vivrait pas le style de vie élégant, qu'ils vivent en Arabie saoudite, Koweït, Qatar et d'autres pays musulmans producteurs du pétrole comme seule richesse .
      Les pays musulmans produisent très peu de choses, si quoi que ce soit, en termes de haute technologie par rapport à l'Occident, ils produisent rien de valeur. Le niveau de vie élevé, qu'ils ont est due à la Culture occidentale et de la terre riche de pétrole qu'ils ont. Le monde tourne sur huile et ils arrivent à contrôler l'un des nombreuses fournitures, dont ils engagent souvent des occidentaux à construire, exploiter et maintenir. Musulmans ils ne produisent ni avions, ni automobiles, ni ordinateurs, ne font pas des avancements médicaux ou scientifiques. Ils produisent peu ou rien de ce qui faisait progresser la civilisation et l'humanité. Ils envoient leurs élèves dans le monde entier aux universités de l'Ouest pour l'enseignement supérieur. Ils importent la majeure partie de leur nourriture. La seule chose qu'ils produisent en abondance c’est l'Islam. Sans les « infidèles » fournissant toutes la haute technologie qu'ils utilisent dans leur vie quotidienne, ils vivraient une existence assez maigre.

      les arabo musulmans apres tout sont que des pirates sans cervelles et sans civilisation...l'islam est un parasite de tous les autres cultures...300 Millions d'arabes produisent moins que 7 Millions d'Israeliens..et en science...pas de prix de Nobel et pas d'inventions en 1400 ans...

      Supprimer
  4. Il n'y aura pas de progrès, de pouvoir sur la réalité, sans une rupture radicale avec une pensée qui se réfère au surnaturel et qui à la prétention exorbitante de se croire supérieure , de se placer au dessus de tout, de mépriser et haïr ce qui lui échappe

    RépondreSupprimer
  5. LETTRE OUVERTE A Al Baghdadi, LE PRÉTENDU Émir de DAECH !

    https://www.facebook.com/difa3iat/videos/767504043285325/?pnref=story

    RépondreSupprimer
  6. ENFIN, UN ARABE LUCIDE !

    Brahim El Blihi, intellectuel d'Arabie et membre du Conseil religieux chez les Ibn Saoud :
    Il critique les arabes qu'il estime vivant au dépens du monde ne produisant rien et consommant tout, ne comptant que sur des ressources en hydrocarbure qui ne sont pas inépuisables mais dont les revenus n'ont pas servis à investir dans d'autres secteurs de production .... les exposant au retour à leur situation d'origine : des bédouins vivant dans un désert inhospitalier !

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2012/05/import-export-tel-que-pratique-par-les.html

    https://www.facebook.com/176407049366176/videos/191699934503554/

    RépondreSupprimer
  7. Les religions n'ont plus leur place dans notre société !

    Ange Bleu :

    C'est un fait : l'islam n'est pas une religion mais un mode de vie !

    Les textes fondateurs des deux religions que sont le christianisme et l'islam ont été écris en araméen mêlé de syriaque. Les traductions approximatives ont déformé les sens initiaux de ceux ci.
    L'apostasie se développe dans l'islam et ces personnes qui remettent en cause l'islam en revisitant son histoire, risquent leurs vies tant les prosélytes font usage de barbarie sans limite.

    L'islam traverse son inquisition annonciatrice de sa déliquescence,.

    L'éducation et l'instruction font que les adeptes se familiarisent avec les textes et ne comprennent plus la dérive de ces dogmes, les dogmes moyenâgeux empreints de cruauté qui ne correspondent plus avec ce qu' ils s'imaginaient vivre,.

    Les théocraties utilisent la religion comme instrument de contrôle des peuples mais cela est trop criant et les adeptes commencent à refuser et récuser ses diktats.

    Les chrétiens sont peu différents : rappelez-vous le temps qu'il à fallut au Vatican pour reconnaître publiquement que Galilée avait raison ..... 500 ans !

    Pour ma part je suis apostat car il est impossible pour moi d'écouter un sermon d'un religieux hypocrite qui ne croit plus lui même à ce qu'il affirme.
    Le christianisme traîne son fardeau de massacre et de génocide qui lui ôte toute crédibilité.
    Plus proche de nous, les prêtre pédophiles que l'église protège de façon scandaleuse !
    Qui peut croire que les textes autorisent ces déviances criminelles ? Comment pouvoir faire encore confiance à ces détraqués qui ont détruits des vies d'enfants,

    Les religions n'ont plus leur place dans notre société : elles s’arque-boutent sur des dogmes éculés datant de temps obscures en total contradiction avec les valeurs actuelles.

    Beaucoup de dictateurs se légitiment en se basant sur la religion.

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.com/2016/06/lislam-ou-le-premier-parti-politique.html

    RépondreSupprimer
  8. QUAND ON VOIT CE QUE FONT LES JIHADISTES DE DAECH, ON SE DEMANDE CE QU'APPORTE A L’HUMANITÉ LEUR ISLAM FONDÉ SUR LE WAHHABISME !

    Sinon la mort et la destruction ... dernière en date, le minaret de la mosquée Al Nouri, du 12éme siècle à Mossoul en Irak !

    http://www.lemonde.fr/moyen-orient-irak/article/2017/06/21/la-grande-mosquee-al-nouri-de-mossoul-detruite_5149064_1667109.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les musulmans ne travaillent pas pour l'Humanité mais pour la gloire de Dieu. Pour eux, tout tourne autour de Dieu. C'est le contraire des humanistes pour qui tout tourne autour de l'Homme.

      Supprimer
    2. Qui sont donc ces formidables "humanistes"? Etes vous sur que ces 'humanistes" considèrent que tous les hommes se valent et qu'un homme Occidental qui est l'étalon de votre mesure vaut un Aborigène ou un Papou et très accessoirement un "musulman" ?

      Supprimer
  9. Le coût économique de la religion musulmane

    Bourguiba, du temps de sa splendeur, avait déclaré que le retard du monde musulman était dû principalement au fait que, durant le mois de ramadan, le musulman est improductif. Donc, depuis l'apparition de l'islam il y a 14 siècle, les musulmans ont perdu 1400 mois d'inactivité, totalisant plus de 116 ans de retard sur les sociétés non musulmanes. Il était loin du compte : car il ne décomptait ni les heures de prière, ni le coût des pèlerinages à la Mecque, ni l'inactivité forcée des femmes, ni les guerres de religion entre musulmans. lire la suite sur :

    http://numidia-liberum.blogspot.com/2013/01/le-cout-economique-de-la-religion.html

    RépondreSupprimer
  10. Consanguinité musulmane: Impacts sur l’intelligence, la santé mentale, la santé et sur la société (terrorisme)


    La consanguinité massive dans la culture musulmane au cours des 1.400 dernières années continue de causer des dégâts catastrophiques au patrimoine génétique des musulmans. Les conséquences de mariages entre cousins germains ont souvent des conséquences graves sur l’intelligence, la santé mentale, la santé de leur enfants et dans leur environnement (terrorisme). lire la suite sur :

    http://numidia-liberum.blogspot.com/2017/06/consanguinite-musulmane-impacts-sur.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Consanguinité arabe ou musulmane ? Vous faites une erreur de taille quand on sait que le métissage est une injonction coranique "Sourate les Appartements" "Nous vous avons crées en peuples et en nations afin que vous vous connaissiez" Il n'y a pas au monde une communauté plus diverse ethniquement et racialement que la communauté musulmane. Lorsqu'on dénigre il vaut mieux avoir le mot juste sinon c'est juste de la médisance de bas niveau !!

      Supprimer
  11. Sinon le sionisme dont tu portes les mots rapporte beaucoup z l'humanité

    RépondreSupprimer
  12. مثل الذي يذكر ربه والذي لايذكر ربه كمثل الحي والميت.جسم حي وروح ميتتة.ماذا تنتظر منها.الا افكار ميتتة

    RépondreSupprimer
  13. Au contraire : les premiers musulmans ont lu dans le message de Mohamed une énorme simplification dans les croyances et la prééminence du rationnel: 1) il n'y a qu'un Dieu, toutes les autres croyances ne sont que superstition; 2) il n'existe aucun autre pouvoir surnaturel qu'il vienne de sorciers, fantômes ou jeteurs de sort; 3) il n'y a que la raison pour comprendre le monde; 4) après la mort de Mohamed, sceau des prophètes, les hommes sont livrés à eux-mêmes (les imams du chiisme et les marabouts du sunnisme sont une perversion). Forts de cette simplification en quatre points, les musulmans ont conquis le monde et ont contribué considérablement au progrès de l'Humanité. La pensée libre et créatrice a été progressivement muselée quant elle a commencé à mettre en question ce qu'il restait de croyance: Dieu Lui-Même.

    RépondreSupprimer
  14. LE POINT COMMUN ENTRE Ahmed Abdel SAMAD et Kamel DAOUD ?

    Les deux sont des ex-frères musulmans qui ont su conserver intact leur esprit critique !

    Il est rare qu'on puisse sortir de la confrérie sans laisser des plumes, voir sa peau : les deux, font l'objet d'une fatwa de mise à mort.

    D'avoir bien connu de l'intérieur la secte, ils savent de quoi ils parlent quand ils mettent en garde contre cette confrérie et le wahhabisme qu'elle diffuse partout où elle s'installe !
    Il suffit de voir dans quel état se trouvent l'Egypte et l'Algérie, leurs pays respectifs d'origine.

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2017/02/la-tunisie-fait-elle-rever-les-algeriens.html

    RépondreSupprimer
  15. LES CONTRADICTION DU CORAN !

    Des exposés par Ahmed Abdel Samad, ex-frère musulman, reprenant le coran et ses sourates dans leurs contextes historiques pour mieux les comprendre :

    Ainsi les sourates qui incitent à la violence et à la guerre, le Coran les justifie comme étant défensives; alors qu'en réalité Mohammad y a recourues pour empêcher les caravanes de se rendre à Qoraich pour pratiquer le commerce, de même qu'elles étaient destinées à empêcher les juifs de pratiquer leurs commerces ... tout cela n'ayant pour objectifs que de les soumettre et les racketter en pratiquant la "razzia" habituelle chez les bédouins d'Arabie !

    Alors de quelle "guerre défensive" nous parle-t-on ?

    NB : Ahmed Abdel Samad reprend ainsi thème par thème les sourates pour lever les ambiguïtés entretenues sinon les omissions voulues par ceux qui ont "expliqué" le Coran !

    https://www.youtube.com/watch?v=WnogGwfS3Ys

    RépondreSupprimer
  16. POURQUOI FAIRE, PUISQUE DIEU PEUT TOUT FAIRE ?

    Telle est la devise des islamistes !

    Les tunisiens se rappellent les réponses ahurissantes du Frère musulman Hamadi Jebali, qui pour expliquer son incompétence de premier ministre face aux événements, il répondait invariablement :
    "Allah est grand, il y pourvoira " !

    Ce que dénonçait déjà en son temps Bourguiba qui imputait aux religieux d'avoir fait de la Tunisie un pays colonisable !!

    Mohamed Stambouli :

    L'Islam a été le frein dans le développement des pays "arabo-musulmans", car les hommes ont toujours demandé à Allah de le faire à notre place.

    Voilà ce qui arrive à ces peuples, quand ils s’appuient sur Allah et tombent dans le fatalisme !

    RépondreSupprimer
  17. L'ANDALOUSIE, OU L’ÉTERNELLE NOSTALGIE DES "ARABES" !

    Sur Watania TV :

    Une évocation nostalgique de l'Andalousie disparue ainsi que l'âge d'or de la civilisation "islamique", avec des intervenants espagnols intellectuels et universitaires souvent s'exprimant en arabe littéraire pour rappeler l'apogée de l'Andalousie musulmane, de la culture et du savoir à travers Ibn Rochd / Averroés qui correspondaient à l'apogée de la philosophie mutazilite !

    La décadence de l'Andalousie a commencé du jour où El Mansour a obligé Ibn Rochd à l'exil, et comme d'autres Roitelets avec lui, ont décidé de brûler ses livres et des bibliothèques entières pour faire la chasse aux livres de philosophie ... cédant à l'obscurantisme des salafistes d'alors !!

    Ce qui se poursuivra et donnera l'idée à l'inquisition de faire de même avec les livres "arabes", pour effacer toute trace de cette culture pourtant vieille de 8 siècles en Espagne !!
    Quand la bêtise mène les hommes, c'est la course à la bêtise !

    Pourtant, déjà au 12 éme siécle, Ibn Rochd plaidait pour l'égalité entre homme et femme et déplorait que la femme soit un fardeau pour l'homme alors qu'elle a les capacités de contribuer au progrès de la société en apportant sa pierre à l'édifice ...

    Mais voilà quand les dirigeants choisissent la voie de l'obscurantisme, cela mène à leur disparition et à la disparition de leur civilisation et de leur culture !!

    Ceci dit, si l'obscurantisme n'arrange rien, dans les pays dits "arabo-musulmans", il est curieux de voir une telle nostalgie pour une Andalousie perdue par la bêtise des hommes, mais dont ils ne tirent aucune leçon !
    Autrement qu'ont-ils apporté depuis à l'humanité ? Rien !
    Et ce n'est pas en se choisissant des dirigeants obscurantistes, au programme obscurantiste, qu'ils vont rattraper leur retard civilisationnel !

    Ne voient-ils pas dans quel état ils se trouvent aujourd'hui ? Dans quel état est leur pouvoir, leur éducation, leur mode de vie ?

    Alors s'accrocher à un âge d'or révolu, et se lamenter sur la perte de l'Andalousie par les "arabes", cela ne les fait pas avancer dans leurs désirs de progrès.
    Et tant que le savoir restera bridé par les barbus de tous poils; et tant qu'ils resteront sous l'emprise des islamistes, les "arabes" peuvent dire à dieu à leur rêve de grandeur.

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.com/2018/07/mutazilisme.html

    RépondreSupprimer
  18. Jean Pierre Ryf :

    Il faut mettre les pieds dans le plat. Beaucoup ont constaté que les pays musulmans ont depuis longtemps oublié le progrès, oublier d’avancer et que, depuis longtemps, ils n’ont plus rien apporté à l’humanité sinon des difficultés et qu’ils se contentent d’utiliser ce qui est créé par d’autres. Cette sorte d’unanimité dans l’absence de progrès, pose question : il est clair que l’Islam en est la cause profonde.

    De même que Max Weber avait démontré dans une thèse célèbre que le protestantisme avait permis au capitalisme de se développer, de même il serait intéressant de rechercher si dans l’Islam il n’y a pas des freins au progrès et au développement.
    Deux notions utilisées en permanence par les musulmans créent un climat d’abandon et de défaitisme : le mektoub et in chalah (si dieu veut !) qui sont d’ailleurs les deux volets de la même idée : « Tout est écrit » et « Si Dieu le veut » et donc la part de la volonté humaine est nulle.

    N'est-ce pas aussi un ministre qui a mis sur le compte de Dieu l’effondrement d’un pont à Nabeul ?
    Dès lors pourquoi s’acharner à travailler, à évoluer, à faire des projets et à tout mettre en œuvre pour les réaliser ! Dieu y pourvoira ; puisque c’est écrit !
    J’ai le souvenir d’une réponse qui m’avait sidérée. Dans un commerce je demandai si l’objet que je recherchai sera là le lendemain et le vendeur, barbu au demeurant, m’avait répondu : In chalah !

    Et je pense que l’on pourrait multiplier les exemples de ce genre où, au lieu de répondre « je vais faire le nécessaire pour que cela soit » , on vous répond « si Dieu le veut ! ». Or pensez-vous que Dieu s’occupe et exécute ce qui est nécessaire dans une boutique, dans une usine ou dans un bureau d’études ? Non cette formule sert seulement, hélas, à démotiver, à déresponsabiliser les individus et conduit à la situation que l’on connaît.

    Comme le dit Kamel Daoud dans une de ses chroniques « Le paradis nuit à l’avenir » et quand, en effet, on pense essentiellement à l’au-delà, aux mirifiques récompenses qui soi-disant nous attendent là-haut on en oublie à vivre et à organiser le présent pour qu’il soit de plus en plus agréable.
    Je lis très souvent sur des pages Facebook concernant la crise politique en Tunisie « Que Dieu nous sauve » et bien les Tunisiens pourront attendre longtemps s’ils se contentent de ces incantations. Ce n’est pas Dieu qui sauvera, ni la Tunisie ni le monde, c’est l’action éclairée et dynamique des hommes.

    Par ailleurs, s’il y a eu dans l’Islam des discussions et de remise en cause du texte fondateur de cette religion par les mutazilites du 8 éme au 12 éme siècle, cela ne s’est plus reproduit depuis qu’ils ont été pourchassés et massacrés et leurs livres mis au feu.

    Or ce texte qu’on le veuille ou non, contient des fables sur la création par exemple. Et de fait beaucoup de religieux sont souvent de grands ignares (n’ai-je pas lu que le cancer de l’utérus serait dû à l’adultère !!!).

    Dès lors comment voulez-vous que les pays où l’Islam domine, avancent dans la voie du progrès ?
    La langue arabe elle-même est un frein majeur au progrès, comme le rappelle opportunément cet intellectuel dans cette vidéo :

    https://www.facebook.com/Dr.Mohamed.Shahrour.Fr/videos/1758460701095429/?hc_ref=ARQyZff-y-hWR7_MjrbixQCKUtnL1EOC-BinFyubl0CINGYQbKxiVx9-J3CA0ZAr81I

    RépondreSupprimer
  19. LE RETARD CIVILISATIONNEL DES "ARABES" EN QUELQUES MOTS !

    https://www.facebook.com/ali.ammou.5/videos/2256006547989352/UzpfSTE1MzUwNTc3NjU6MTAyMTc0NDg1MjYxMTUxNDI/

    RépondreSupprimer
  20. Marie Barat :

    Rachid Barnat rien, vraiment ? L’architecture; de nombreux mots de la langue passés dans la langue française; la géniale invention du zéro, (terme signifiant au départ le vide...); l’algèbre avec l’idée géniale de remplacer l’inconnue par x, qui permettra la résolution d’équations ... et j’ajouterai les algorithmes !"

    Même la charia était en net progrès par rapport au « jugement de Dieu », qui fit brûler tant de pseudo-sorciers et tant d’innocents que Dieu devait en principe secourir s’ils n’étaient pas coupables, mais qui n’étaient jamais rendus incombustibles pour autant.

    La charia était claire : à chaque délit ou crime correspondait un châtiment, ce qui était l’amorce d’une justice.

    Le problème est que certains la veulent immuable alors que Mohamed n’a jamais interdit le progrès ni l’exégèse.
    Ceux qui prétendent le contraire sont dans l’erreur, mais pas depuis l’hégire, c’est bien plus récent.
    C’est là que réside la tromperie...

    Je ne suis pas musulmane mais je sais ce que l’on doit à l’élite musulmane de l’âge d’or.
    Il est tout aussi mensonger de le nier que de vouloir retourner à un soi-disant islam des origines que nul n’a connu !

    Et de vouloir appliquer la charia à notre époque, alors que beaucoup de ses châtiments étaient repris des coutumes hébraïques. Mohamed a recommandé de suivre la loi de Jésus, or qu’a dit ce dernier ? « Que ceux qui n’ont jamais péché lui jettent la première pierre », en parlant de la femme adultère qui devait être lapidée.

    Encore désolée de vous contredire, mais je n’aime pas l’injustice, et on ne peut accuser l’islam de tout et de n’importe quoi sous le prétexte qu’une bande d’excités qui ne recherchent que le pouvoir et la domination terrorisent les foules, se servant pour cela de méthodes sectaires !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, mais pourquoi la charia aurait été une amorce de justice ? Le code d'Hamourabi date de 1750 avant J.C. à cette date il y avait déjà une justice écrite.

      Supprimer
    2. En effet, et ce code d'Hammourabi est cité d'habitude parce qu'il était remarquablement complet, touchant à tous les domaines de la vie en société, mais il n'est pas le plus ancien de Mésopotamie ! Divers codes ou fragments de codes (tablettes d'argile) montrent que le pouvoir royal de différents Etats avait veillé à uniformiser et préciser les règles en vigueur avant le développement de l'écriture.

      Supprimer
  21. CETTE DAME CRÈVE L’ABCÈS D'UNE RELIGION QUI NE VEUT PAS SE REGARDER EN FACE !

    A méditer !

    En voilà une qui cloue le bec à l'obscurantiste de service d'Aljazeera TV !

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dyg74Lv5X2A

    RépondreSupprimer
  22. UN ABRUTI D'ISLAMISTE, VIVANT EN SUÈDE, DÉBITE DES CONNERIES QUE RACHID RELÈVE ET LE MET DEVANT SES CONTRADICTIONS ...

    " Nous allons envahir la Suède et toute l'Europe, pour les convertir à l'islam ", dit cet abruti qui parle ainsi d'un pays d'acceuil ...

    " Koul el ghalla we seb el mella ", disent les tunisiens !
    (Consommes le fruit et insultes celui qui le produit)

    https://www.youtube.com/watch?v=FTsYgeWj_Kg&feature=share&fbclid=IwAR2ArL9NkMkbOEb_tTzEgOjEc171jLx4-TBiWd84Z7wM9BbrindkGxqp48M

    RépondreSupprimer
  23. L'islam ,c'est de l'arianisme que l’église Vaticane a fait passé en punique à travers les nordfs africains qui étaient des latins.D'où les guerres des croisés menés par les goths,vandales et sarrasins. Ce n'est que depuis la fin du 15 em siècle et les colonisations que l'on commencera à parler de musulmans avec la supercherie "arabe" qui est un terme punique. On écrira une histoire bidon avec des invasions imaginaires. Mahommet...était un arianiste. La langue dite arabe n'est pas de l'arabe ,sa grammaire étblie par zwawas chrétiens ,sa graphie du syriaque issue d'une vielle écriture égyptienne. L'islam n'est qu'une imposture de l'église qui au fil des siècles des califs en utilisé pour arriver à leur fin .Et les colonisateurs qui ont écrit l'histoire tout en habillant l'existence de leur création pour diviser les indigènes et de surcroit ce cacher derrière les faux envahisseurs. l'ennemi de l'intérieur une fois crée devient le conquérant et l'allié contre l'indigène. c'est cette manipulation de nombreux ne comprennent pas. L'islam ,l’hébreu ,le christianisme sont des création des humains en des périodes différentes avec le même fil d'ariane. Ya pas plus satanique que les religieux qui avaient les pleins pouvoir avant et les politiques maintenant.Ils serait temps que l'humain retourne aux DIEUX animistes qui ne dictent rien à l'homme de ce qu'il doit faire ou penser. Retour à la nature et la terre protectrices.

    RépondreSupprimer