samedi 8 août 2015

La cuisine juive tunisienne, conservatoire de la cuisine traditionnelle

La Tunisie un meltingpot culturel et gastronomique
Lily

Les vingt ans de Mamie Lily : Le dernier restaurant cacher de La Goulette fait revivre la cuisine juive tunisienne

Chez Mamie Lily à la Goulette, l’aventure continue depuis vingt ans… Ouvert en 1996, ce restaurant, qui est la dernière table casher de Tunis, est tenu de main de maître par Jacob Lelouche, avec aux fourneaux, tout le savoir-faire de Mamie Lily.
Vingt ans, cela se fête et une célébration aura lieu demain avec beaucoup d’éclat (et sur réservation préalable) dans les jardins de ce restaurant.
Un véritable conservatoire de la cuisine juive tunisienne
Mamie Lily, c’est d’abord un goût et des saveurs qu’on ne retrouve plus nulle part ailleurs. Véritable conservatoire de la cuisine juive tunisienne, cette enseigne propose une carte aux déclinaisons nostalgiques et fortement ancrées dans le patrimoine culinaire local.
Ce sont briks farcis aux pommes de terre, keftas de poisson et croquettes de viande hachée que nous nommons banatage.
Bkaila, tfinas, mechmachia et banatages
Il faut découvrir la mechmachia de Mamie Lily, un émincé de bœuf aux fruits secs, ou encore son tajine karess, autrement dit un émincé de volaille au citron.
Il faut aussi faire honneur au mdarbel de bœuf aux haricots et aux aubergines et au très classique couscous aux boulettes. Bkaila, Akod et diverses tfinas sont aussi à la carte de Mamie Lily.
En dessert, sabayons et grains de lin à la façon « melha ou bnina » ajoutent encore leurs saveurs aux spécialités de la maison.
Dans la lignée de Bichi et du Robinson…
Depuis vingt ans, Mamie Lily offre à ses gourmets une petite salle à manger et un grand jardin en plein cœur de La Goulette, non loin du casino historique.
Jacob Lelouche rend compte de cette aventure culinaire dans un livre qu’il vient de publier avec la complicité de l’éditrice Senda Baccar. Ce livre qui a fait un véritable tabac est une jolie contribution à la mémoire juive tunisienne ainsi qu’un excellent recueil de recettes.
Une Tunisoise qui aura toujours vingt ans…
Mamie Lily poursuit donc son chemin depuis deux décennies avec une table casher qui s’inscrit en droite ligne dans la tradition du Robinson, du Novelty, de Tantonville, de la Brasserie Suisse et de Bichi qui comptèrent parmi les restaurants cacher les plus appréciés à Tunis et la Goulette.
Bon anniversaire Mamie Lily, la Tunisoise qui aura toujours vingt ans…

2 commentaires:

  1. Fermeture prochaine de « Chez Mamie Lilly » :
    Nous ne quitterons pas la Tunisie, la terre de nos pères et de leurs pères, affirme Jacob Lellouche.

    http://www.tuniscope.com/article/80411/actualites/societe/mamie-lilly-330523#.ViQK9o1pbdk.facebook

    RépondreSupprimer
  2. QUEL AVENIR POUR LES TUNISIENS DE CONFESSION JUIVE, EN TUNISIE DOMINÉE PAR LES FRÈRES MUSULMANS ?

    L’association Dar Dekhra (la maison de la mémoire) :

    " Une partie des Tunisiens essaie désormais d’imposer à coups de marteaux ou de pistolets une identité arabo-musulmane.

    " Alors que ce qui prévalait, c’était une identité berbéro-méditerranéenne.

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/08/03/a-la-goulette-l-art-de-vivre-menace-des-juifs-tunisiens_4977841_3212.html

    RépondreSupprimer