lundi 19 décembre 2011

L'EXPLOITATION DU MARTYRE : LA TUNISIE PRENDRAIT-ELLE EXEMPLE SUR L’ALGÉRIE ?

Il est choquant qu’Ennahdha pour se légitimer et légitimer Ghannouchi et Jebali, nous ressasse leur "martyre" subi sous Ben Ali.
Pourquoi Hamma Hammami du parti communiste tunisien, n'en ferait-il pas de même, alors que nous connaissons aussi son "martyre" et celui de sa famille ?

Mais voilà certains, par honnêteté intellectuelle, n'en font pas un fonds de commerce !

De même que cette notion de martyre devient un fourre-tout pour adjoindre aux martyrs de la révolution tunisienne les migrants clandestins sur les boat-people, dont la mort et les souffrances, aussi révoltantes qu'elles soient, n'en font pas pour autant des martyrs. 

Sinon le mot finira par être galvaudé et perdra son sens premier : un martyr est celui qui consent à aller jusqu’à se laisser tuer pour témoigner de sa foi.

A propos de l'exploitation faite par les Frères musulmans nahdhaouis des martyrs, il me revient une question pertinente de la part de Wassyla Tamzali, mon e-amie sur Facebook, quand elle me demandait mon avis sur la question. Je n'avais pas saisi alors sa question sous-jacente d'ordre politique !
Ma réponse était théorique, parce que j'ignorais l'étendu de ce phénomène en Algérie ; et à quel point le pouvoir central en avait fait un fonds de commerce pour séduire les Frères musulmans du FIS, trahissant sa propre proximité avec les Frères musulmans; puisque certains membres "historiques" du FLN faisaient partie de cette confrérie, ceux-là même qui ont rejeté d'un revers de la main les accords d'Evian, signé par les plus "laïcisants" d'entre eux, et imposé leur politique d'arabisation & d'islamisation (wahhabisation) de la société algérienne ! 
Ce qui explique la loi d’amnistie pour les "islamistes" des années noires de l'Algérie indépendante, imposée par Bouteflika, dernier des dinosaures vivants, du FLN.

La Tunisie finira-t-elle comme l'Algérie par ériger le martyre en système politique de gouvernance du pays ? Car nous voyons comment le FLN au pouvoir s'est accaparé les "martyrs" pour s'en revendiquer et se donner une légitimité qu'il n'a plus !
Et tel la papauté du Vatican, la liste des martyrs algériens s'allonge d'année en année comme la listes des saints de l’église catholique ! 

Il suffit de passer de villes en villages en Algérie pour constater ce phénomène de martyrologie, où des monuments aux morts, pardon aux martyrs, se multiplient comme des champignons, le plus monumental, étant celui d’Alger ; où la liste des martyrs s'allonge régulièrement, les nouveaux élus au martyrologe alimentant un clientélisme de la part du pouvoir pour honorer telle famille, telle tribu, tel village ... dont un membre a pu accéder à un niveau important du pouvoir : ministre, député, gouverneur .... 

Et quand on sait que la famille du martyr est dispensée d'impôt et autres taxes, on comprend mieux la multiplication des martyrs !
Monuments aux martyrs dominant la ville d'Alger

Certains algériens, pas dupes du manège du pouvoir central, ironisent à propos de certains "nouveaux martyrs" dont ils connaissaient parfaitement le parcourt, souvent bien connu par les villageois, voir par leurs propres parents pour les avoir côtoyés ! 
Ils s'étonnent de découvrir tant de résistants à l'occupant français, alors que le peuple algérien dans son immense majorité se résignait à être colonisé, comme il le fit sous les Ottomans !
Ils assimilent ces nouveaux martyrs, aux résistants de la 25éme heure en France, quand à la libération les français découvrent de nouveaux résistants chaque jour ... ce qui faisait dire à certains, que les français étaient tous résistants !

Rachid Barnat

2 commentaires:

  1. POINT DE VUE DE Mezri HADDAD SUR LE MARTYR :

    Un ami vient de me poser la question, "Mais qu'est-ce que ça te coûte de rendre hommage aux martyrs de la révolution?".
    Dans l'absolu et dans une perspective démagogique et populiste, cela ne me coûte rien du tout.
    Mais du point de vue de l'Histoire et même de l'éthique cela m'oblige à me mentir et à mentir aux autres, puisque je réfute la notion de révolution et celle de martyr. Est-il besoin de préciser ici que dès qu'on a commencé, en janvier 2011, à parler de "martyrs" de la "révolution", on avait déjà implicitement ou inconsciemment accepté la notion de djihadisme.
    C'est qu'il existe une relation de causalité et des rapports dialectiques entre martyrologie et djihadisme.
    Que ce soit chez les musulmans ou chez les chrétiens, le concept de martyr est fondamentalement religieux.
    On le retrouve aussi dans les religions païennes et même dans la mythologie grecque.

    Pour moi, le martyr est celui qui sacrifie sa vie, soit pour une cause religieuse, soit pour une cause patriotique (lutte anti-colonialiste).

    Les décédés de 2011 ne correspondent ni à l'une ni à l'autre catégorie.

    RépondreSupprimer
  2. QUEL CULOT, CE GHANNOUCHI !

    Il fait feu de tout bois !
    Il a exploité le "chahid" (martyr) Mohamed Bouazizi ...
    Le voilà qui vient sur le lieu du crime de ses enfants sur la plage à Sousse !

    https://www.facebook.com/TunisTribune/photos/a.10150410272687926.444517.205982072925/10154022717187926/?type=1&theater

    http://latroisiemerepubliquetunisienne.blogspot.fr/2015/06/le-culot-des-nahdhaouis.html

    RépondreSupprimer