dimanche 18 février 2018

Macron veut d'un Islam de France, réformé.

Emmanuel Macron ose ce que ses prédécesseurs n'avaient jamais eu le courage politique de faire : réformer l'islam de France pour l'adapter à la République et à la laïcité !!
Il a raison par ailleurs d'en finir avec les officines étrangères comme le Maroc, l’Algérie, la Turquie ou pire, celles du Qatar et des Ibn Saoud leurs concurrents, qui veulent imposer leur islam à la France !
Il semble bien connaître l’histoire de la France et celle de ses anciennes colonies pour ne pas confondre l’islam de France celui de ses anciennes colonies, avec le wahhabisme qui leur est totalement étranger et que veulent importer en France des pétromonarques malintentionnés ; puisqu’ils visent ni plus ni moins, le contrôle des français musulmans et d'étendre leur influence, par leur prosélytisme agressif, au reste de la population française. Ce que font déjà les Frères musulmans pour le compte du Qatar ! C'est pourquoi il doit veiller à ce que les Frères musulmans n'infiltrent plus les groupes de réflexions comme ce fut le cas avec Sarkozy et Hollande, qui les ont laissés faire pour ne pas fâcher leur protecteur, l'émir du Qatar.
La réforme de l'islam, viendra-t-elle en fin de compte, de France ? Liberté d'expression, démocratie, laïcité : toutes les conditions sont réunies pour remettre à plat une religion sclérosée depuis des siècles, dont aucun pays "arabo-musulman" ne souhaite la réforme qui pourrait remettre en cause le pouvoir en place !
R.B
Résultat de recherche d'images pour "Paul Conge photo"

Macron veut "réduire l'influence des pays arabes" sur l'islam français et réformer le CFCM

Tel Godot, on l'attendait, et il n'arrivait pas. Mais voilà que le projet de "structuration de l'islam de France" paraît bel et bien à l'agenda, à en croire le verbatim que publie ce dimanche 11 février Emmanuel Macron dans les pages des JDD"Je souhaite poser les jalons de l'organisation de tout l'islam de France", écrit le Président. Pour étoffer ce sujet sur lequel nombre de ses prédécesseurs ont buté, il s'est entouré d'intellectuels - le politologue Gilles Kepel, l'essayiste Hakim El Karoui, l'islamologue Youssif Seddik - et de religieux. Selon l'hebdomadaire, il sera ainsi question de "création de nouvelles instances représentatives, un cadre pour le financement des lieux de culte et la collecte de dons", plus l'épineuse question de la formation des imams. Sans qu'on n'ait plus de détails.

L'islam français doit "entrer dans la modernité"

"Nous devons nous inspirer fortement de notre histoire, de l'histoire des catholiques et de celle des protestants", affirme le chef de l'Etat dans le JDD, en entendant reprendre la main sur les leviers de l'organisation du culte musulman. Car l'enjeu sera de "réduire l'influence de pays arabes, qui empêche l'islam français d'entrer dans la modernité", selon un conseiller de Macron cité par l'hebdomadaire. Il est avéré que des pays du Golfe et du Maghreb financent la construction mosquées sur le sol hexagonal, ce qui transgresse la loi de 1905, et qu'au moins 300 imams en France sont payés par des Etats étrangers.

 

Quid d'un nouveau "concordat" ?


Interrogé sur la possibilité de créer un nouveau "concordat" avec l'islam de France, Macron répond : "Quelle que soit l'option retenue, mon objectif est en tout cas de retrouver ce qui est au coeur de la laïcité, la possibilité de pouvoir croire comme de ne pas croire, afin de préserver la cohésion nationale et la possibilité d'avoir des consciences libres. Je pense que le risque est de brandir des objets connotés, qui ont leur propre histoire, ou de faire des raccourcis en plongeant tout le monde dans un même sac."

La nécessaire refonte du CFCM

Dans cette refonte du sol au plafond, il sera dur d'esquiver la question du Conseil français du culte musulman (CFCM), encombrant organe créé en 2003 sous la houlette de Sarkozy, censé être représentatif des musulmans en France. Devenu gardien de l'orthodoxie, il n'est jamais parvenu à représenter leur pluralité. Le philosophe Abdennour Bidar y voit ainsi dans nos colonnes un "pur anachronisme". Pour les "experts" cités par le JDD, il est un "facteur d'immobilisme". Même dans l'instance, on n'est pas aveugle : "Il y a au sein du CFCM une prise de conscience qu'une ouverture est nécessaire", reconnaît dans l'hebdomadaire son vice-président, Anouar Kbibech. Sa refonte est confiée au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Puisque les prochaines élections du bureau du CFCM sont en juin 2019, la Macronie devra agir tôt. "Au premier semestre 2018", assure le Président.

En dépit de quelques annonce égrenées ci et là, Emmanuel Macron était resté depuis le début de sa mandature peu disert sur la question. Il saupoudre : le 4 janvier, il annonçait "un travail sur la structuration de l'islam en France" ; le 21 décembre, refusait "la radicalisation de la laïcitéà ses yeux instrumentalisée à des fins identitaires… Sans dévoiler de vision ni de plan précis. C'est qu'il ne souhaite pas bâcler la question. "Je ne dévoilerai de proposition que quand le travail sera abouti", tranche Emmanuel Macron.

1 commentaire:

  1. MACRON : UNE INTERVIEW QUI VIRE AU DÉBAT ... DE CAMPAGNE ÉLECTORALE !

    Et tant mieux. Cela a permis au président Macron d'expliquer sa pensée et son projet !

    Macron a bien répondu aux questions, d'ailleurs souvent des accusations, de la part de Pleynel.

    Face au populisme de Bourdin et à la démagogie de Pleynel, Macron s'est montré pédagogue et brillant !

    Cependant 3 remarques et 2 principes sont à retenir :

    1°/ A propos de la Syrie :
    Macron rappelle le principe de "respect du droit international " :
    Une ligne rouge a été franchie, il fallait aux démocraties sanctionner le contrevenant ... pour rendre sa crédibilité au Droit International !
    Dont acte !

    PS : On verra ce qu'il en sera quand Israël contreviendra aux résolutions de l'ONU !

    2°/ Devant l'insistance de Pleynel pour défendre les ZAD-istes arguant de projets innovants de certains d'entre eux, Macron lui demande ce qu'il fera si on occupait son salon pour y réaliser des projets innovants ?
    Bien répondu !

    PS : Ce qui renvoie à une autre occupation illégale, celle des territoires palestiniens où les israéliens réalisent des projets innovants !
    Appliquera-t-il ce principe à Israël ?

    3° / Dommage que Macron n'ait pas mieux répondu quand il s'est agi de l'islamisme :
    - Bourdin faisait-il exprès de dire que l'islam et les musulmans font peur ?
    Alors qu'il sait pertinemment que ce qui fait peur à tout le monde c'est l'islamisme !
    - Quant à Pleynel, il poursuit sa politique de soutien aux Frères musulmans pour revendiquer la liberté aux femmes de se voiler.

    Ce qui étonne, c'est que Macron a à peine rectifié, en parlant d'islam radical !

    NB : Une fois de plus l'amalgame est fait entre Islam et Islamisme; puisqu'aucun n'a nommé la doctrine qui anime l'islamisme, qu'est le wahhabisme.

    Et une fois de plus les Frères musulmans ont gagné.
    En prenant en otage l'Islam de France et les français de confession musulmane, ils s'installent politiquement dans le paysage politico-médiatique en France !

    RépondreSupprimer