jeudi 16 juillet 2015

DIGRESSION RAMADANESQUE ENTRE DEUX VOYAGEURS !

Article paru dans : Kapitalis


Dans un avion ramenant deux tunisiens en Tunisie, l'un musulman de culture mais non pratiquant, fait quelques remarques à son voisin de siège, musulman observant le jeûne du mois de ramadan :

1° - Dans l'avion :
" Dans l'avion, lors de mes voyages à l'époque de la troïka, la moitié des femmes sinon plus, qui voyageaient avec moi, étaient foulardées, certaines portant le hijab; et le tiers des homme portaient barbes, calotte, kamis, et le sceau frontal ... l'un de ces signes, sinon tous ! 
" Alors que cette fois-ci, il y a tout au plus 5 "foulardées" dans un avion plein comme un œuf ... et presque aucun barbus !

2° - Au restaurant :
" Lors de mon séjour à Tunis en 2013 sous la troïka, des amis m'ont invité au restaurant El Walima (Le festin) pour le repas de rupture du jeûne. 
Et mon constat rejoint celui à propos des voyageurs dans l'avion : la moitié des clients du restaurant, sinon plus, étaient foulardées pour les femmes et barbus pour les hommes !

" Lors de mon séjour à Tunis la semaine dernière, mes amis ont tenu à ce que je les accompagne à nouveau pour le repas de rupture du jeûne toujours chez El Walima dont nous apprécions la carte et l’accueil par une authentique princesse;
" Cette fois-ci il n'y avait qu'une seule foulardée dans un restaurant quasi complet .... et des barbus, 2 ou 3 tout au plus; le reste des clients ayant l'aspect habituel du tunisien avenant et coquet dans sa tenue vestimentaire !! 

3° - Solidarité des non jeûneurs avec les jeûneurs :
" A la suite du zèle dont a fait preuve un brigadier de police à l'encontre d'une femme qui mangeait tranquillement son sandwich dans la rue au début du mois de ramadan, je me pose la question de savoir s'il fallait aux jeûneurs le soutien de tous pour supporter leur épreuve du jeûne. Autrement dit si leur foi n'était pas assez forte pour assurer et assumer seul leur propre jihad (lutte contre soi) contre leurs désirs et leurs faiblesses ... et qu'il leur fallait la participation de tous pour traverser leur épreuves spirituelle et physique ?

Son voisin lui rappelle la tolérance qu'il a toujours connue dans sa famille où personne ne juge l'autre surtout en matière religieuse; puisqu'il dit avoir un frère et une sœur qui ne font ni le ramadan ni les prières ... tout en affirmant leur appartenance à une culture musulmane !
Il met l'incident sur l'effet de zèle des nouveaux convertis ... et de nouvelles recrues dans la fonction publique par les Nahdhaouis, pour leur confirmer leur allégeance.

4° - A la plage :
" Si lors de mes séjours en été sous la troïka, les foulardées et les barbus envahissaient les plages jusqu'au grotesque vestimentaire de certaines en hijab qui plongeaient dans l'eau ... cet été je suis étonné de retrouver ma plage habituelle avec des estivants des années d'avant l'arrivée des islamistes au pouvoir ! Et c'est plutôt agréable de ne plus subir la pollution visuelle de ces fantôme sortant de l'eau aux formes difformes et disgracieuses par leur accoutrement qui leur colle au corps !  

De même, que j'ai moins vu de barbus ... à moins que ce ne soient les mêmes qui ont décidé de se débarrasser de leurs barbes .... le pouvoir ayant changé de majorité.
Son voisin acquiesce d'un sourire navré.

5° - Fixation de la date de l'aïd :
" Pour finir, il demande à son voisin de siège la date de l'aïd. Celui-ci dit qu'elle n'est pas encore fixée car il faut que le mufti de la République Hamda Saïd ait vu le croissant pour arrêter la date de la fin du jeûne; et par conséquent, celui de l'aïd.
" Il lui demande comment se fait-il qu'au 21éme siècle où l'astronomie calcule avec une précision parfaite la révolution de toutes les planètes connues, peut-on continuer à vérifier de visu ce que l'on sait à la seconde prés par les calculs ? D'autant que ceux qui réfutent le recours à la sciences, sont ceux-là même qui usent souvent des technologies les plus modernes et les plus sophistiqués ?

Son voisin reconnait qu'il y a un paradoxe et regrette que le mufti fasse du zèle pour ne pas froisser, pense-t-il, les Frères musulmans qui sont au pouvoir aux côtés de Nidaa Tounes.
Et lui rappelle que Bourguiba refusait de laisser ce "privilège" aux Ibn Saoud pour décider des dates des fêtes religieuses; ce qui leur conférait un pouvoir sur le monde musulman sunnite. Il se référait en homme de son époque, à la science exacte pour arrêter ces dates importantes pour les musulmans ! 

" Au  grand étonnement du non jeûneur, et en réponse à toutes ses observations et ses questions, son voisin lui fait le distinguo entre la religion de ses ancêtres mêlant malékisme et soufisme; et l'islamisme des nouveaux convertis au wahhabisme importé par les Frères musulmans qui ont chevauché la "révolution" !
Comme pour le rassurer, il lui dit qu'il souhaite que les tunisiens dégagent les Frères musulmans qui ont sali l'islam auquel il croit et qu'il pratique, en le polluant de l'obscurantisme des arabes d'Arabie.
Il lui précise avoir voté Nidaa Tounes, persuadé que Béji Caïd Essebsi et son parti sauront mettre un terme à l'islam politique d'Ennahdha.
Mais regrette que Nidaa tarde à tenir ses promesses et ne lui pardonne pas son alliance avec les Frères musulmans !

Ce qui les amène à la conclusion que beaucoup de tunisiens répondent par l'hypocrisie à l'hypocrisie des tartufes au pouvoir; et n'hésitent pas à retourner leur veste, pour plaire au pouvoir en place ... reprenant de vieux réflexes acquis sous ZABA !
Donc encore des réflexes à combattre ... et une révolution intellectuelle à faire, disent-ils. 

Le voyageur jeûneur pense que probablement le peuple n'est pas suffisamment mûr pour la démocratie !

Alors que son voisin de siège garde l'espoir que les tunisiens éduqués sauront résister aux doctrines obscurantistes des salafistes et des wahhabites car trop opposées à leur caractère. Et rappelle à son interlocuteur ce que disait le Bey de Tunis à Mohamed Abdelwahhab, qu'il n'a rien à apprendre aux tunisiens, quand les ouléma de la Zitouna l'avaient mis en garde contre son obédience porteuse de fitna et de violence par son obscurantisme !

Comme quoi, le comportement des tunisiens pendant le mois de ramadan est un révélateur politique de premier ordre !

Rachid Barnat


PS : BCE REPREND LA MAIN ...

Lors de son allocution aux tunisiens, Béji Caïd Essebsi coupa court aux tergiversations du mufti de la République Hamda Saïd qui attendait la confirmation de la date du fin du mois de ramadan et de celle de l'aïd par les autorités religieuses égyptiennes et saoudiennes ! 


Il a décidé, et l'annonça lui même, que l'aïd est pour le 17 juillet ! 


Marquant par la même occasion la primauté de l'Etat civil face aux islamistes qui persistent à inscrire la Tunisie dans une allégeance aux pétromonarques et aux religieux ! 


Je dis chapeau à BCE d'avoir retrouvé les réflexes bourguibiens face aux barbus et aux religieux de tous poils !


R.Barnat

PS : Mohamed Hammadi Jarraya écrit sur sa page FB :

QUAND LE MUFTI CHANGE DE DISCOURS ...
à propos de la date de fin du jeûne du mois de ramadan !

Le jour du doute qui fut le Jeudi 16.07.2015, nous avons, comme d’habitude assisté à la « scène » de l’observation du croissant de l’Aïd et attendions l’annonce du Mufti de la République.

Encore une fois, nos astrologues (Associations d'Astronomes et les services de la Météo Nationale) nous ont annoncé, bien avant, la difficulté de voir le croissant ce "jour du doute". 

Jusqu’à 21 h, nous savons parfaitement deux choses avec certitude :
1 - L’impossibilité de voir le croissant en Tunisie et en Afrique du Nord;
2 - L’Arabie saoudite (suivie par plusieurs pays) a annoncé que demain, le vendredi 17.07.2015, est le premier jour de l’Aïd, depuis 18 h, heure tunisienne.

Il y eut donc trois heures de suspenses, où chacun essayait d’imaginer et d’anticiper la décision du Mufti. 

Finalement le mufti sort de son silence et s'aligne sur l'Arabie saoudite, pour respecter l’unité de la nation musulmane « wehdet al omma al islamya », argument qu'il retient pour nous convaincre que l’Aïd est bien le vendredi 17.07; bien que dans aucun gouvernorat en Tunisie le croissant n'ait été aperçu !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire