samedi 23 juillet 2016

L'allié des américains avait un autre agenda : répandre le wahhabisme dans le monde



Un secret de Polichinelle ? Pas pour tous : beaucoup d'occidentaux le découvrent ... à leur dépens depuis que les attentats terroristes se multiplient chez eux ! Il en va de même pour l'autre allié des EU : le Qatar dont l'émir tente de couper l'herbe sous les pieds des Ibn Saoud dans leur course à l'hégémonie sur le monde musulman.

Ce qu'ils font déjà en profitant du pèlerinage à la Mecque en assurant un endoctrinement sur place aux pèlerins par leur nervis, qui bâton à la main, les font circuler tels des moutons, leur faisant écouter des prêches où le nom des Ibn Saoud est constamment associé à celui d'Allah et de Mohammed ... auxquels ils répondent par "amen", en signe d'allégeance aux Ibn Saoud ... qui se rêvent Califes !!

Les Ibn Saoud mettent à dispositions une sorte de GO (gentils organisateurs) pour bien s'assurer que le pèlerin rejette ses vieilles "croyances" (malikisme et autre soufisme... pour les maghrébins) pour cause de "bidaa" (innovations), donc proscrites; pour les remplacer par des pratiques wahhabites considérées comme authentiques et seules valides ... s'il veut valider son pèlerinage !

De même qu'ils mettent à disposition du pèlerin, et gratuitement, toutes sortes de livres et d'opuscules; sorte de mode d'emplois du bon pratiquant ... du wahhabisme ! Les dispensant de tout "ijtihad" (effort intellectuel) personnel pour comprendre l'islam !!

Tous ces pèlerins, au retour chez eux, feront le relais pour diffuser le wahhabisme, convaincus qu'ils ont touché le Graal ... en adoptant une obédience qui détaille tous des gestes que doit accomplir le "bon musulman" (entendez le bon wahhabi) !
Et faire du prosélytisme pour cet "Islam Véridique" en dénonçant leurs anciennes obédiences auprès de leurs familles, proches et amis à coup de "yajouz" (autorisé) et de "la yajouz" (non autorisé); de "bidaa" (innovation à proscrire); de "halal" (licite) et de "haram" (illicite) ... et autres vocables bien connus dans le wahhabisme !!

Et tous ces pèlerins qui ont économisé des années durant, parfois s'endettant à vie; savent-ils que :
- Leur argent tombe dans les caisses des Ibn Saoud, devenus marchands du Temple ?
- Qu'il alimente le terrorisme et les terroristes un peu partout dans le monde .... et en premier lieu, chez eux ?
- Et qu'il sert à créer le chaos dans les République du fumeux "printemps arabe" ? !!

Il faut bien réfléchir avant d'aller chez les Ibn Saoud pour le pèlerinage, y dépenser son argent et perdre son identité "religieuse", telle que la malékite et soufie, ancestrales pour les maghrébins ... pour la remplacer par l'identité "saoudo-wahhabite" ... sous le prétexte qu'ils auraient perdu leur identité "arabo-musulmane" selon les pan islamistes & les pan arabistes !
R.B
Afficher l'image d'origine
Philippe Mischkowsky 


L’Arabie Saoudite promeut l'islamisme à l’échelle planétaire

The New York Times a trié et vérifié 60 000 câbles diplomatiques saoudiens révélés par WikiLeaks. Conclusion : le royaume wahhabite a mis en place un redoutable système de prosélytisme à échelle planétaire pour faire la promotion d’un islamisme rigoriste.

Depuis des dizaines d’années, l’Arabie Saoudite injecte “des milliards de pétrodollars dans des organisations islamiques à travers le monde, pratiquant une diplomatie du chéquier”, révèle le journal américain New York Times.
Pour arriver à cette conclusion, le journal a trié et analysé 60 000 documents diplomatiques saoudiens dont les fuites ont été orchestrées par le site WikiLeaks. Le SaoudiLeaks ne fait que commencer. D’autres informations pourraient être bientôt révélées : WikiLeaks a révélé que quelque 400 000 autres documents étaient en attente de publication.  

On sait que l’une des priorités de Riyad est de répandre une vision rigoriste de l’islam sunnite. Ce que l’on sait moins, c’est que l’Arabie Saoudite investit également énormément d’argent pour combattre son principal ennemi : l’Iran chiite.
“[Les Saoudiens] craignaient que la levée des sanctions internationales contre l’Iran après la signature de l’accord nucléaire [le 16 juillet] donne davantage de moyens à Téhéran pour soutenir des groupes [chiites et pro-iraniens]. Mais les documents révèlent une compétition qui va bien au-delà, avec de profondes racines idéologico-religieuses”, écrit le quotidien américain.

Un soft power efficace

C’est tout un système d’influence que les autorités saoudiennes ont mis en place et financé par l’argent des pétrodollars, montre l’enquête du quotidien américain. Riyad a notamment accordé des moyens financiers à des prédicateurs à l’étranger, construit des mosquées, des écoles, des centres et soutenu des campagnes pour “contrer des responsables et des médias à l’étranger qui étaient susceptibles de s’opposer à l’agenda du Royaume”.
“Dans la seule région du Kerala [en Inde], les Saoudiens ont donné 4,5 millions de riyals [1,1 million d’euros] à différents organismes”, rapporte par exemple le site India TV en réaction aux informations révélées par Wikileaks.
De même, le quotidien de Toronto The Globe and Mail a relevé un “don de 211 000 dollars canadiens [150 000 euros] à une école d’Ottawa et un autre de 134 000 dollars [96 000 euros] à une école de Mississauga” gérée par la Muslim Association of Canada, qui gère également des mosquées et d’autres écoles.
Si les sommes peuvent paraître relativement modestes pour chacun des cas pris isolément, elles deviennent énormes une fois additionnées les unes aux autres. Tout le mérite du New York Times est précisément d’avoir fait cette addition. “Il s’agit de milliers et de milliers d’organisations militantes et religieuses (…) directement ou indirectement financées par eux”, explique Usama Hasan, chercheur en études islamiques à la fondation Quilliam à Londres, cité par le journal.  

L’organisation mise en place consistait globalement à identifier les personnalités et les associations étrangères à aider ou financer. 
“Le ministère des Affaires étrangères transmettait les demandes de financement à des officiels de Riyad, parfois les services de renseignements donnaient leur accord après examen des bénéficiaires potentiels et la Ligue islamique mondiale contribuait à avoir une stratégie coordonnée, tandis que les diplomates saoudiens supervisaient le projet à travers le monde”, explique encore le New York Times

Les pays concernés ne sont pas seulement ceux du Moyen-Orient où la lutte fait rage entre l’Arabie Saoudite et l’Iran pour l’influence régionale, mais aussi les pays africains, notamment le Mali, où des acteurs locaux ont fait référence à la “menace du chiisme iranien” pour appuyer leurs demandes de fonds auprès des Saoudiens. 
“La peur de l’influence chiite allait jusqu’à englober des pays dotés de minorités musulmanes aussi réduites qu’en Chine. Aux Philippines, où seulement 5 % de la population est musulmane, des documents présentent également des propositions pour ‘restreindre l’influence iranienne’.”

2 commentaires:

  1. Les IBN SAOUD ACHÈTENT TOUT ... MÊME LES MÉDIAS OCCIDENTAUX !

    La façons de “neutraliser” les médias étrangers consiste à “souscrire à des centaines ou des milliers d’abonnements, en contrepartie de quoi ces médias sont censés être acquis à la propagande de Riyad !

    Cela explique pourquoi il n'y a que très peu de journalistes pour dénoncer le prosélytisme des Ibn Saoud pour le wahhabisme en Occident !!

    http://www.courrierinternational.com/article/arabie-saoudite-wikileaks-revele-comment-riyad-arrose-tous-azimuts

    RépondreSupprimer
  2. N'est-il pas trop tard pour lutter contre la diplomatie du chéquier et la folie des hommes ?

    RépondreSupprimer