jeudi 23 mai 2019

GHANNOUCHI A LA RECHERCHE DE SON OISEAU RARE ...


L’expression fait flores depuis quelques jours en Tunisie après que Ghannouchi ait déclaré que lui-même et son parti, recherchait l’oiseau rare pour être candidat à la Présidence du Pays.

A première lecture, en effet, ce candidat ayant les qualités, la compétence, l’expérience et des chances de l’emporter est, en effet, un oiseau rare !

Mais cela c’est une première lecture par des gens qui croient encore à l’honneur et au patriotisme des politiques !

En réalité des oiseaux rares, au sens où l’entend Ghannouchi, il y en a des centaines; et son choix ne sera difficile qu’à cause du trop-plein, pas de la rareté.

Car que faut-il pour être l’oiseau rare de Ghannouchi ?

Il faut d’abord avoir l’air d’un progressiste, de quelqu’un qui veut tirer le pays vers le haut, lui faire faire des progrès dans tous les domaines : économie, justice sociale, éducation, santé, sécurité et qui aurait un programme pour cela, c’est à dire qui nous gargariserait de mots et de discours d’un bon niveau.
J’ai noté « avoir l’air d’un progressiste » car il faudrait aussi que ce progressiste :
- accepte l’alliance avec son contraire ; c’est-à-dire avec ce parti qui instrumentalise la religion et qui tire le pays vers le bas et vers l’arrière ;
- accepte de ne pas ouvrir les dossiers qui fâchent les Frères musulmans comme celui des assassinats politiques, du terrorisme, des crimes en tous genres, de la corruption ... 
- accepte de faire de la Tunisie un pays vassal du Qatar ou de la Turquie,
- se refuse à l’évolution des droits de femmes et des minorités.

Or ce genre de « progressistes » n’est pas, on l’a vu, une denrée rare en Tunisie ; c’est plutôt même une denrée que l’on trouve en abondance.
Le passé récent nous l’a montré et nous le montre tous les jours.

Il va donc y avoir pléthore d’oiseaux rares à la porte de Ghannouchi qui, s’ils sont choisis, tueront leur avenir et leur carrière ; comme avant eux Marzougui, Ben Jaaffar, Béji Caïd Essebsi et même le premier Ministre actuel Youssef Chahed qui va payer le soutient qu’il a demandé et obtenu de la secte.

En conclusion, l’expression choisie par Ghannouchi n’est pas adaptée à la situation car ils ne sont pas rares les candidats mais au contraire trop nombreux !

En réalité l’oiseau vraiment rare c’est celui ou celle qui, tirant honnêtement les conséquences de l’opposition complète entre islamistes et progressiste se distinguera en se refusant absolument à coopérer avec les obscurantistes.
Oui celui-là ou celle-là sera l’oiseau rare de la Tunisie !

Rachid Barnat

2 commentaires:

  1. En France le parti présidentiel a choisi Loiseau pour sa représentation aux européennes. Aucun sens politique et un profil de chouette...

    RépondreSupprimer
  2. ENNAHDHA PARTI "CIVIL" QUI TIENT A CONSERVER SES ECOLES CORANIQUES ISLAMISTES ! Bizarre ?

    Non ! Preuve que les Frères musulmans n'ont rien d'autres dans leur besace que le coran et la chariaa !!

    Se cacher derrière les enfants étrangers pour justifier la fermeture des écoles coraniques islamistes est signe de manque de courage !

    Alors qu'il faut prendre le taureau par les cornes pour en finir avec ces écoles de la honte véritables pépinières pour futur jihadistes !
    Comme au Pakistan. Et on voit où cela l'a amené d'avoir laisser proliférer ces centres de recrutement et de formation des talibans, "étudiants" mais qui n'ont rien de l'étudiant, étant juste une machine à manier les armes et les bombes en récitant le coran !!

    Vivement la Troisième République et la fermeté d'Abir Moussi qui elle ne manie pas la langue de bois, sur un sujet aussi grave !

    https://directinfo.webmanagercenter.com/2019/05/23/tunisie-les-islamistes-mettent-leur-veto-a-la-loi-sur-les-jardins-denfants/?fbclid=IwAR2M00i5qS90tq6tOW8Y6WVTrzPuPLhusBKZvOjRZi_leaVw-IuMOui-d1g

    RépondreSupprimer