dimanche 4 octobre 2015

L'ELECTION DE Meherzia LAABIDI : UNE DÉFAITE SYMBOLIQUE !

Article paru dans : Kapitalis

Le réseau sociaux et les journaux bruissent de réactions de colère de la société civile à l'élection de Madame Meherzia Laabidi à la présidence de la Commission des femmes et de la famille et, en général, ces réactions sont totalement négatives même si certains essaient de la justifier.

La participation de Nidaa Tounes à cette élection, puisqu'elle n'a pas pu se faire sans l'aval de ce parti, est une très grave faute que le parti paiera cher. Comment en effet justifier que sur un thème aussi sensible que celui du droit des femmes qui fut la grande oeuvre de Bourguiba, qui mit la Tunisie au rang des nations les plus avancées, qui fit de ce pays un exemple unique dans le monde arabe; on confie la Présidence à une islamiste qui, au moment des débats de la Constitution soutenait que la femme est " le complément de l'homme" ?

Cette affaire est symbolique et c'est une défaite en rase campagne pour les femmes émancipées de Tunisie qui vont se voir représenter ici et dans le monde par une femme aux idées arriérées, qui a soutenu ouvertement les Frères musulmans en Egypte avec tout ce que cela signifie de régression et d'atteinte aux droits de l'homme !

Certains nous disent : cela n'est pas grave. Une Présidente de Commission n'a qu'un pouvoir limité. Cela pourrait être un argument concernant une Commission technique sur le Commerce ou l'Artisanat mais, ici, nous sommes dans le  symbole un des plus important du pays ! Et cette élection est tout sauf anodine.

Que Nidaa Tounes ait participé  à cette défaite des femmes alors que ce parti a été porté en grande partie, le Président Caïd Essebsi l'ayant lui même reconnu, par les femmes, est une aberration et un manque de sens politique total.

On nous dit aussi que compte tenu de la Constitution, il fallait bien abandonner certaines Commissions aux islamistes. Sans doute. Mais je persiste à penser que c'était une des Commissions qui tenait du symbole et qui n'aurait pas dû échoir aux obscurantistes.

Ce choix politique, outre qu'il est méprisant pour les femmes de ce pays que l'on a considérées comme insignifiantes et pouvant être sacrifiées aux petits calculs politiques, est également lourd de sens. Il confirme ce que beaucoup ont toujours redouté de cette alliance contre nature avec les obscurantistes à savoir qu'on leur abandonne la société civile pour garder les ministères régaliens. Ce qu'ont fait les responsables algériens avec le FIS, la branche algérienne de l'organisation internationale des Frères musulmans, avec le résultat que l'on sait : islamisation en profondeur de tous les pans de la société algérienne !

Mauvais calcul ! Calcul de court terme car les nahdhaouis, l'autre branche tunisienne de l'organisation internationale des Frères musulmans, vont en profiter pour continuer leur travail d'islamisation rampante de la société et, le moment venu, n'auront plus qu'à récolter les fruits de cette politique.

Nidaa Tounes avait déjà déçu, et fortement lorsque, trahissant ses promesses et ce qu'il disait avant les élections, il s'est allié aux islamistes. Il était prévisible qu'il abandonnerait nécessairement un certain nombre de domaines aux obscurantistes. Voilà qui est fait et dans un domaine hautement symbolique et crucial pour l'avenir : le droit des femmes !
Que ceux qui ont voté pour cette femme ne viennent pas nous dire qu'ils se réfèrent à Bourguiba : ils nous prendraient pour des imbéciles.

Beaucoup avait pronostiqué une chute de Nidaa Tounes dans le cœur des électeurs. Cette dernière péripétie va détourner encore plus de tunisiens de ce parti qui n'a pas été capable de défendre les valeurs essentielles qui fondent ce pays et qui en faisait un exemple dans le monde. 
On finit par se demander si l'on n'a pas été injuste contre un Ben Jaffaar alors Président de l'Assemblée. Qu'a-t-il fait de plus mal au fond que ce mauvais coup que viennent de porter à la Tunisie les députés de Nidaa Tounes ?

Rachid Barnat

4 commentaires:

  1. Jean Pierre Ryf :
    Ce n’est pas une campagne contre cette Meherzia Laabidi, au demeurant une femme peu sympathique, mais contre une politique.

    Elle est le symbole de l’obscurantisme, de la femme complément de l’homme. Elle préside la Commission de la Femme.

    Qui ne verrait là une régression absolue au pays de Bourguiba ?

    En réalité, cette désignation montre bien le désastre que constitue l’alliance de Nidaa avec les obscurantistes. Il fallait bien leur donner quelque chose. On croit leur avoir donné un os. Pensez : le droit des femmes !

    En réalité c’est très grave car on leur confie la société civile, les femmes et les enfants comme l’Algérie qui a cru garder le pouvoir et a laissé les obscurantistes islamiser a qui mieux mieux le pays.

    L’avenir montrera l’erreur fondamentale que constitue ce genre de petits arrangements.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a en tout 9 Commissions, dont certaines purement "techniques" !

    Mais Ennahdha a visé celle chargée de symbole ... et Nidaa Tounes une fois de plus a cédé !

    http://directinfo.webmanagercenter.com/2015/02/27/tunisie-les-commissions-permanentes-et-speciales-au-sein-de-larp/

    RépondreSupprimer
  3. RÉCAPITULATIF & PRÉCISIONS CONCERNANT LE Mehrzya-gate !

    Nedra Tlili​ :

    Le parti majoritaire a le droit de présider trois commissions spéciales et trois commissions permanentes.

    Pour des raisons stratégiques et politiques Nidaa Tounes a choisi d'avoir la présidence des commissions suivantes :

    1/ Les commissions permanentes :
    - la commission de la législation générale
    - la commission des droits et libertés
    - la commission de l'organisation des affaires des forces de l'ordre

    2/ Pour les commissions spéciales :
    - la commission de la défense et de la sécurité
    - la commission de la réforme de l'administration et de lutte contre la corruption
    - la commission du développement régional

    La commission de la femme est une commission spéciale, ce qui veut dire que c'est une commission qui ne légifère pas mais qui a juste un rôle consultatif et de contrôle donc pas de gros enjeux en matière de législation puisque tout est verrouille déjà.

    De plus Nidaa Tounes est majoritaire dans toutes les commissions :
    9 membres / 22.

    Leila Hamrouni est vice présidente de fait de cette commission et je peux vous assurer que rien ne passe, même pas une virgule !

    Un dernier point : Mehrzia est présidente de cette commission depuis le début de la dernière session parlementaire, trouvez-vous innocent de soulever cette question maintenant ( début d'une nouvelle session et possibilité de recomposition des commissions ) ? Ne pensez-vous pas que certains essayent de faire pression sur Nidaa à travers ses propres militants pour qu'ils prennent la présidence de la commission de la femme au détriment de commissions stratégiquement plus délicates ?

    Croyez-vous à ce point qu'on puisse nous manipuler aussi facilement ?

    On parle de symbole, oui mais on ne gouverne pas symboliquement ni affectivement d'ailleurs.
    On gouverne pour assurer ce pour quoi nous nous sommes battus.

    RÉPONSE DE Rachid BARNAT :

    Mais tout est symbole Madame, quand on gouverne : les responsables politiques doivent donner clairement la direction de leur politique, sinon c'est la confusion générale ... et le peuple n'y comprendra plus rien !!

    Vous veillerez peut être à la défense des droits de la femme mais l'image que donne Nidaa Tounes aux tunisiens et au monde, est celle de la régression.

    Les Frères musulmans nahdhaouis ont très bien compris de leur côté la force des symboles : ils n'ont cessé de les utiliser depuis leur main mise sur la révolution tunisienne, aidés en cela par un service de "com" qui maîtrise parfaitement les symboles !!

    RépondreSupprimer
  4. ARP : Y a t il un pilote dans l’avion ?

    Selma MABROUK, MEMBRE ANC

    https://www.facebook.com/notes/selma-mabrouk-membre-anc/arp-y-a-t-il-un-pilote-dans-lavion/773739776104495

    RépondreSupprimer